Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 septembre 2016 4 29 /09 /septembre /2016 09:29

L'année 5777 (2016-2017) commence le 2 octobre au soir.

C'est un nouveau cycle qui débute, et comme chaque année, il est bon de se remettre en mémoire la signification des fêtes qui marquent le nouvel an juif, et qui permettent de se retrouver en communauté ou en famille, afin de se ressourcer spirituellement, moralement et physiquement. Ces fêtes, on les appelle souvent fêtes d'automne ou fêtes de Tichri (mois du calendrier juif où elles se célèbrent) : Roch haChana (nouvel an), Kippour, Souccot et Simhat Tora ("joie de la Tora", où commence le nouveau cycle de lecture de la Tora).

Nous vous invitons à vous rendre sur le site de l'Amitié Judéo-Chrétienne de France (AJCF) pour la signification et des informations sur toutes ces fêtes.

Bonne et douce année à tous nos amis juifs !

Chana Tova ouMetouqa

 

 

27 septembre 2016 2 27 /09 /septembre /2016 15:23

La troupe des Meshiguénés jouera la pièce "Abraham", (d'après Michel Jonasz)

Jeudi prochain 29 Septembre 2016

à l'espace Cosmopolis,

18 rue Scribe à Nantes (derrière le théâtre Graslin).
Détails dans l'affichette jointe.

"Abraham" d'après Michel Jonasz à Cosmopolis
26 septembre 2016 1 26 /09 /septembre /2016 15:07

La radio chrétienne de Loire Atlantique

vous propose chaque semaine

Juifs & Chrétiens en dialogue

une rencontre avec

le Judaïsme et ses richesses

Horaires de diffusion

lundi à 16h00, mercredi à 11h00

 dimanche à 10h00

 

Cette semaine

 

Juifs et Chrétiens

Rencontre à Paray le Monial 

juillet 2016

avec la présence de

Soeur Elisabeth Gélineau, Père Jean-Baptiste Nadler

Jean-Pierre Hanel et Jean-Claude Tripon 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

4 septembre 2016 7 04 /09 /septembre /2016 11:32

Encore faudrait-il savoir ce qu'est un MOOC !

C'est un mot, ou plutôt un acronyme, qui vient de passer dans le nouveau dictionnaire Larousse 2016.. MOOC est une abréviation de "Massive open online course", cours massif en ligne ouvert à tous. On trouve aussi  "cours en ligne ouvert à tous","cours en ligne", termes officiels recommandés par la Commission générale de terminologie. Ces cours, dispensés uniquement en ligne, sont accessibles à tous par inscription et généralement gratuits. Et c'est là que ça devient intéressant, car on peut ainsi se former vraiment, (mais pas sans prendre un peu de temps et pas sans effort) par l'intermédiaire d'internet.

Si vous allez sur un moteur de recherche, vous trouverez des MOOC sur à peu près tous les sujets. Une mine de savoirs !

Dans nos domaines d'intérêt à l'AJC, nous vous signalons, par exemple, les MOOC proposés par l'UNEEJ (Université numérique européenne des études juives) :

- Histoire du peuple juif dans l'occident médiéval

- Israël, économie et société - 2ème édition

- Littérature hébraïque, période biblique

- Cités de splendeur et de mystère : histoire et archéologie de l'antiquité biblique 2ème édition

- Découvrir la philosophie avec Emmanuel Lévinas

- L'Homme et le Monde dans la pensée biblique - MOOC 1 La Torah

- Penseurs de la liberté et de l'Alliance : philosophes juifs de la modernité

- Le livre des livres : ouverture à la littérature biblique

- Athènes et Jérusalem : Les Juifs à l'époque hellénistique

- Littérature hébraïque, de la modernité à l'époque contemporaine 2ème édition

- Rome et Jérusalem : Les Juifs à l'époque romaine

Ne restez pas sur votre faim !

Pour plus de précisions et inscriptions, rendez-vous sur le site de l'UNEEJ.

 

30 août 2016 2 30 /08 /août /2016 16:23

Le CCAN nous signale l'exposé qui sera fait par Méir SIBONI

le jeudi 8 septembre à 20 h 30 au CCAN,

impasse Copernic à Nantes :

"Les douze tribus d'Israël - la fabrique d'un peuple"

"Dans la Bible, Israël est présenté comme une communauté tribale, depuis le moment de son apparition en tant que peuple, au début de l'Exode, jusqu'à l'établissement de la monarchie en terre de Canaan. Les tribus, qui sont au nombre de douze, correspondent aux douze fils du patriarche Jacob."

Cet exposé rendra hommage à Tommy LAVON - dont ce sera l'anniversaire du décès - à travers les douze tableaux qu'il a peints pour représenter les douze tribus d'Israël.

Exposé sur "Les 12 Tribus d'Israël" par Méir Siboni
30 août 2016 2 30 /08 /août /2016 14:20

Le CCAN (Centre culturel André Néher), 6 impasse Copernic à NANTES, fait aussi sa rentrée en ce début de septembre.

 

Et cela commence par

la fête du CCAN

le dimanche 4 septembre à 17 h 30

au cours de laquelle chaque activité régulière présentera un court spectacle.

(Stationnement possible gratuit  le dimanche sur le boulevard Guist'hau)

Fête du CCAN
29 août 2016 1 29 /08 /août /2016 18:09

                           "Découvrir le Judaïsme, les chrétiens à l’écoute »
C'est le titre de la session, ouverte à tous, qui s'est déroulée du 12 au 17 juillet 2016, à Paray-le-Monial.  Le thème, cette année,portait sur "La miséricorde à la lumière de la tradition juive", pour s'inscrire dans la ligne du jubilé extraordinaire de la Miséricorde et vivre ainsi, comme le dit le pape François, "dans la vie de chaque jour la miséricorde que le Père répand sur nous depuis toujours".

Nous vous avions présenté cette session le 20 mai sur ce blog.

En voici maintenant un écho enthousiaste émanant d'une personne qui a participé à cette session au mois de juillet à Paray-le-Monial.

 

"Cette session, déjà proposée trois fois dans des diocèses de l’ouest, a eu lieu cette année à Paray le Monial, accueillie chaleureusement dans le diocèse d’Autun par Mgr Rivière, et en lien avec la communauté de L’Emmanuel : des jeunes de leur session des 25-35 ans (une cinquantaine) ont pu choisir de rejoindre notre groupe (d’environ 400 personnes). Ce fut pour eux une telle découverte qu’un responsable de la communauté de l’Emmanuel nous a partagé que, pour eux, cette session marquait « un avant et un après ». Il y avait aussi d’autres d'évêques (Jérôme Beau, Vincent Jordy…) et beaucoup de prêtres (J.B. Nadler, Ph. Loiseau, B. Fauvarque sj, L.M. Coudray etc.) Jacqueline Cuche, présidente de l'Amitié Judéo-Chrétienne de France, nous a accompagnés tout au long de la session.

Le thème était d’actualité : « La ‘miséricorde’ à la lumière de la Tradition juive ». Ce mot « miséricorde » y trouve toute sa dimension profonde, puisée dans la Bible et bien transmise dans les messages du pape François (un vrai régal) !

La conférence inaugurale à deux voix, par le grand rabbin de France Haïm Korsia et le cardinal Philippe Barbarin, donnait le ton : beaucoup de profondeur avec un humour incroyable !

Chaque après-midi, une grande variété d’ateliers ou de « Beth halimoud » (Maison d’étude) avec des animateurs juifs ou chrétiens. Une frustration : ne pouvoir participer qu’à quelques-unes de ces nombreuses propositions intéressantes !

Une des conférences du matin a mis en relief l’importance du 50ème anniversaire de « Nostra Aetate ». D’une part, le nouveau regard de l’Eglise sur les juifs avec, entre autres, la publication du document « Les dons de Dieu sont irrévocables » par la commission romaine pour les relations avec le judaïsme, le 10 décembre 2015; d’autre part, des convictions fortes exprimées par des juifs : ainsi, la déclaration de 25 rabbins orthodoxes « Faire la volonté de notre Père céleste : vers un partenariat entre Juifs et Chrétiens », le 3 décembre 2015, présentant « … le christianisme … (comme) un don (de Dieu) pour les nations… » Des interpellations à ne pas laisser tomber !

Le fait de vivre ensemble des offices et le shabbat m’a aidée à mieux entrer dans le sens d’une pratique. Ainsi, pour goûter la joie du shabbat - ce 7ème jour de la création où Dieu s’est retiré - j’ai senti l’importance, non seulement de la liturgie d’entrée et de sortie en shabbat, mais aussi de la manière de vivre ce jour en prenant du recul par rapport à la semaine. Parfois, cela passe par des gestes simples comme d’éteindre son portable avec cette question : est-ce pour moi un outil ou une dépendance ?… Diverses approches ont ainsi été proposées pour se renouveler personnellement et avec les autres, dans la présence joyeuse du Seigneur, afin de vivre un shabbat plein de l’avant-goût du monde à venir.

Il y aurait encore tant de choses à partager ! Ce qui m’a le plus marquée, c’est le fait d’avoir vécu ce temps dans la fraternité : partage joyeux des repas casher, de la prière, de la danse, des soirées… Le dernier jour, un rabbin nous a fait le cadeau de dire qu’il s’est senti aimé… Et pour continuer ensemble, plusieurs rabbins nous ont encouragés à les rejoindre dans les synagogues proches de nos lieux de vie.

Oui, une belle route à continuer ensemble, juifs et chrétiens !

Alleluia !"

Elisabeth GELINEAU, sœur de La Retraite

Si vous voulez voir, en replay, la conférence inaugurale de cette session entre le grand rabbin Haim KORSIA et le cardinal BARBARIN, vous pouvez vous rendre sur le site de l'AJCF, ici.

28 août 2016 7 28 /08 /août /2016 15:51

Bonjour à toutes et tous. Eh oui ! les vacances se terminent et la rentrée approche cette semaine. Nos activités vont reprendre et nous vous informerons bien évidemment, mais humblement, de tout ce qui peut vous intéresser.

Pour commencer, il serait dommage de rater cette rediffusion de 50 mn intitulée :

Aharon Appelfeld, le kaddish des orphelins

sur FR 3 lundi 29 à 23 h 15

Voici comment la chaîne FR3 présente cette rediffusion :

"Un portrait intime sous la forme d'un dialogue ouvert sur le monde entre l'écrivain israélien Aharon Appelfeld et Valérie Zenatti, sa traductrice française. La jeune femme questionne l'auteur sur le mystère de la création artistique. Comment la littérature a-t-elle sauvé et rendu à l'humanité cet enfant rescapé de la Shoah ? Comment la fiction permet-elle inlassablement à l'écrivain de rendre à la vie un monde disparu, de réparer ainsi un peu l'Histoire, livre après livre ? La traductrice entre dans l'intimité du geste créateur de l'écrivain, restituant sa quête de sens."

Et voici une présentation de Télérama  par Yohav Oremiatski

"Depuis la parution de son récit autobiographique, Histoire d'une vie, Aharon Appelfeld est très sollicité pour raconter son parcours durant et après la Seconde Guerre mondiale : de la dé­portation dans un camp de Transnistrie, à 8 ans, au départ pour la Palestine, en 1946. Même si la programmation est tardive, France 3 consacre une heure à l'écrivain qui, à 84 ans, reste l'un des maîtres de la littérature israélienne. Il y a de quoi s'en réjouir.

La voix d'Aharon Appelfeld est comme une prière. De celles dont la musique vous berce. Entre deux lectures d'extraits de romans illustrés par des plans convenus de soleil couchant, l'auteur est filmé en pleine séance d'écriture. De son appartement, à Jérusalem, aux cafés qu'il fréquente, on est plongé dans l'in­timité de celui qui a voulu écrire sur « l'intériorité des rescapés [de la Shoah] ». L'écrivain reçoit sa traductrice française, Valérie Zenatti, à l'occasion de la traduction de son dernier roman, Les Partisans. Le portrait intime se fait alors dialogue complice entre la romancière et son mentor.

Appelfeld ne gaspille pas ses paroles pour s'épancher mais pour transmettre sa vision de l'art comme rempart contre le cynisme et l'oubli, et sa conviction : la littérature est le meilleur moyen de rendre un nom aux victimes de la Shoah. Cette combinaison entre récit de soi et parole universelle fait la force du film." — Yohav Oremiatzki

Rien de tel pour se faire une opinion sur cet écrivain israélien  incontournable, en plus de lire ses ouvrages évidemment, que de regarder ou enregistrrer cette émission.

Kol touv

Et bonne rentrée !

 

 

 

30 juillet 2016 6 30 /07 /juillet /2016 20:23

"Pour la première fois en France, des chrétiens sont assassinés à cause de leur foi, rejoignant par là le tragique sort de leurs frères chrétiens d’Orient (et comment ne pas penser aux martyrs d’Algérie, en ce 20e anniversaire de l’assassinat des moines de Thibérine et de l’évêque d’Oran, Pierre Claverie ?).
De nombreux amis juifs, qui savent depuis si longtemps ce qu’il peut en coûter d’être Juifs, ont envoyé aux membres chrétiens de l’AJCF des messages de sympathie qui ont été pour eux comme un baume.
Comment taire son émotion ?
Qu’un prêtre soit sauvagement assassiné dans son église alors qu’il célébrait la messe, et que cet acte soit commis par des hommes osant se réclamer de Dieu est doublement sacrilège. Les authentiques croyants, Juifs, Chrétiens, Musulmans, pleurent la mort du serviteur d’un Dieu qu’ils savent Dieu d’amour et de miséricorde. Tous les hommes de paix et de bonne volonté pleurent un homme de dialogue et de fraternité.

L’AJCF tient à exprimer sa compassion et sa solidarité à la communauté catholique si éprouvée, comme à tous les chrétiens blessés par la haine destructrice dont ils sont l’objet. On sait bien ce que visent les djihadistes : ruiner, par ces assassinats, tant d’efforts de dialogue et de respect mutuel entrepris en tant de lieux de France entre musulmans et chrétiens. St Etienne du Rouvray était justement l’un de ces lieux, et le P. Hamel et les religieuses qui l’entouraient de fervents artisans du dialogue islamo-chrétien local.
L’AJCF, qui fut fondée pour combattre la haine et le mépris et promouvoir l’estime mutuelle et la réconciliation, redit avec force sa détermination à rester fidèle à sa mission. Non, la haine n’aura pas le dernier mot ! Ensemble, Juifs et chrétiens, côte à côte avec les musulmans et les hommes de bonne volonté, nous continuerons à la combattre et à favoriser le dialogue et l’amitié, réaffirmant que notre Dieu est amour et miséricorde pour tous les hommes."

Jacqueline Cuche
Le 28 juillet 2016

original en ligne ici

22 juillet 2016 5 22 /07 /juillet /2016 18:39

Une information qui mérite d'être bien mise en avant sur ce blog, même si elle date déjà de quelques mois :

Un groupe international de rabbins orthodoxes a publié jeudi 3 décembre 2015 un communiqué présentant de manière tout à fait inédite le christianisme comme un partenaire du judaïsme, fruit d'une "volonté divine", selon laquelle juifs et chrétiens sont appelés à travailler ensemble à la rédemption du monde.

Quelques précisions extraites du site europe-israel.org nous permettent de nous faire une petite idée de ce document :

"C’est un tournant théologique pour le judaïsme orthodoxe, la branche la plus traditionnelle du judaïsme, qui avait jusqu’à présent limité la coopération interreligieuse aux questions sociales, économiques et politiques.

Le texte est intitulé « Pour faire la volonté de notre Père des cieux : vers un partenariat entre juifs et chrétiens ». Il a été signé par 28 rabbins membres du « Centre d’étude de la Bible et des relations judéo-chrétiennes », basé à Efrat, en Israël.

« Nous reconnaissons que le christianisme n’est ni un accident ni une erreur, mais le fruit d’une volonté divine et un cadeau fait aux nations », écrivent les signataires. « En séparant le judaïsme et le christianisme, Dieu a voulu une séparation entre des partenaires aux différences théologiques certaines, et non une séparation entre des ennemis ».

Parmi les signataires figurent des personnalités à la pointe du dialogue interreligieux, notamment le rabbin David Rosen, du Comité juif américain, et le rabbin Shlomo Riskin, fondateur de la synagogue de Lincoln Square à New York.."

 

En voici le texte intégral :

Faire la volonté de Notre Père des cieux

Vers un partenariat entre juifs et chrétiens

 

Au terme de près de deux millénaires d’hostilité et d’opposition mutuelles, nous, rabbins orthodoxes qui dirigeons des communautés, institutions et séminaires en Israël, aux Etats-Unis et en Europe, reconnaissons l’occasion historique qui s’offre à nous aujourd’hui. Nous cherchons à faire la volonté de notre Père céleste en acceptant la main tendue par nos frères et sœurs chrétiens. Juifs et chrétiens doivent travailler ensemble, en partenaires, pour relever les défis moraux de notre temps.

 

- 1. La shoah a pris fin il y a soixante-dix ans. Elle a constitué la perverse apogée de siècles de discrédit, d’oppression et de rejet des juifs et de l’animosité qui, de ce fait, s’est développée entre juifs et chrétiens. Rétrospectivement, il est clair que l’incapacité à refuser ce mépris et à s’engager dans un dialogue constructif pour le bien de l’humanité a affaibli la résistance aux forces maléfiques de l’antisémitisme qui ont fait sombrer le monde dans l’assassinat et le génocide.

- 2. Nous reconnaissons que, depuis le Concile Vatican II, les enseignements officiels de l’Église catholique sur le judaïsme ont changé fondamentalement et irrévocablement. La promulgation de Nostra Aetate voici cinquante ans a amorcé le processus de réconciliation entre nos deux communautés. Nostra Aetate et les documents officiels ultérieurs de l’Église qu’il a inspirés bannissent sans équivoque toute forme d’antisémitisme, affirment le caractère éternel de l’Alliance entre D.ieu et le peuple juif, rejettent le déicide et soulignent la singularité de la relation entre chrétiens et juifs, lesquels ont été appelés « nos frères aînés » par le pape Jean Paul II et « nos pères dans la foi » par le pape Benoît XVI. Sur cette base, les catholiques et d’autres instances chrétiennes officielles ont entamé avec les juifs un dialogue honnête qui s’est développé pendant les cinq dernières décennies. Nous apprécions l’affirmation par l’Église de la place unique d’Israël dans l’histoire sainte et la rédemption ultime du monde. Aujourd’hui, les juifs ont expérimenté l’amour et le respect sincère que de nombreux chrétiens leur ont témoignés à travers bien des initiatives de dialogue, de rencontres et de conférences partout dans le monde.

- 3. Comme l’ont fait Maïmonide et Yehudah Halevi [1], nous reconnaissons que le christianisme n’est ni un accident ni une erreur, mais le fruit d’une volonté divine et un don fait aux nations. En séparant le judaïsme et le christianisme, D.ieu a voulu une séparation entre des partenaires présentant des divergences théologiques importantes, mais non entre des ennemis. Le rabbin Jacob Emden a écrit : « Jésus a apporté un double bienfait au monde. D’une part, il a magnifiquement soutenu la Torah de Moïse […] et aucun de nos Sages n’a davantage insisté sur son immuabilité. D’autre part, il a fait disparaître l’idolâtrie des nations, leur a imposé les sept lois de Noé afin qu’ils ne se comportent pas comme des animaux sauvages et leur a fermement inculqué des principes moraux […]. Les chrétiens sont des communautés qui œuvrent en faveur du ciel et sont destinées à durer ; elles sont habitées par l’amour du ciel et la récompense ne leur sera pas refusée. » [2] Le rabbin Samson Raphael Hirsch nous a enseigné que les chrétiens « voient dans la Bible juive de l’Ancien Testament un écrit appartenant à la révélation divine. Ils professent leur foi dans le D.ieu du ciel et de la terre, comme le proclame la Bible, et reconnaissent la souveraineté de la divine Providence. » [3] Maintenant que l’Église catholique a reconnu l’Alliance éternelle entre D.ieu et Israël, nous juifs pouvons reconnaître la valeur constructive constante du christianisme comme notre partenaire dans la rédemption du monde, sans craindre que cela soit exploité à des fins missionnaires. Ainsi que l’a déclaré le Grand Rabbin de la Commission bilatérale Israël-Saint Siège, placée sous la direction du rabbin Shear Yashuv Cohen, « nous ne sommes plus des ennemis mais des partenaires sans équivoque dans la défense des valeurs morales fondamentales, pour la survie et le bien-être de l’humanité. » [4]. Aucun de nous ne peut réaliser seul la mission de D.ieu dans ce monde.

- 4. Juifs et chrétiens ont, du fait de l’Alliance, la mission commune de parfaire le monde, sous le regard souverain du Tout-Puissant, afin que tous les hommes invoquent Dieu par son nom et que les abominations soient extirpées de la terre. Nous comprenons l’hésitation des deux parties à affirmer cette vérité et appelons nos communautés à surmonter ces peurs afin d’établir des relations de confiance et de respect. Le rabbin Hirsch a également enseigné que « en ce qui concerne les devoirs des hommes envers leur prochain, le Talmud place les chrétiens exactement sur le même plan que les juifs. Ils ont le droit de bénéficier de tout ce qu’impose non seulement la justice mais aussi un amour fraternel actif entre les hommes. » Dans le passé, les rapports entre chrétiens et juifs ont souvent été considérés à travers la relation conflictuelle entre Jacob et Esau. Le rabbin Naftali Zvi Berliner (Netsiv) avait pourtant déjà compris, à la fin du XIXe siècle, que juifs et chrétiens sont destinés par D.ieu à être des partenaires aimants : « A l’avenir, quand les enfants d’Esau auront été poussés par pureté d’esprit à reconnaître le peuple d’Israël et ses vertus, alors nous serons également amenés à reconnaître Esau comme notre frère ». [5]

- 5. Nous, juifs et chrétiens, avons plus en commun que ce qui nous divise : le monothéisme éthique d’Abraham ; la relation avec l’unique Créateur du ciel et de la terre qui nous aime et prend soin de nous tous ; les saintes écritures juives ; la croyance en une tradition contraignante ; et les valeurs de la vie, de la famille, de l’équité miséricordieuse, de la justice, de la liberté inaliénable, de l’amour universel et de la paix ultime du monde. C’est ce qu’a confirmé le rabbin Moïse Rivkis (Be’er haGolah) en écrivant : « les Sages ne se sont référés qu’aux idolâtres de leur temps qui ne croyaient pas à la création du monde, ni à l’exode, ni aux actes miraculeux de D.ieu, ni au don de la loi divine. Par opposition à eux, les peuples parmi lesquels nous sommes dispersés croient en tous ces éléments fondamentaux de la religion. » [6]

- 6. Notre partenariat ne minimise en rien les différences persistantes entre les deux communautés et les deux religions. Nous croyons que D.ieu se sert de nombreux messagers pour révéler sa vérité, mais affirmons aussi les obligations morales essentielles de tous les hommes devant D.ieu, que le judaïsme a toujours enseignées au titre de l’alliance universelle avec Noé.

- 7. En imitant D.ieu, juifs et chrétiens doivent constituer des modèles de service, d’amour inconditionnel et de sainteté. Nous sommes tous créés à l’image sacrée de D.ieu, et juifs et chrétiens doivent rester fidèles à l’Alliance en participant ensemble activement à la rédemption du monde.

Pour lire l'original en anglais, cliquer ici.

Premiers signataires (par ordre alphabétique) :
Rabbi Jehoshua Ahrens (Allemagne)
Rabbi Marc Angel (Etats-Unis)
Rabbi Isak Asiel (Grand Rabbin de la Serbie)
Rabbi David Bigman (Israël)
Rabbi David Bollag (Suisse)
Rabbi David Brodman (Israël)
Rabbin Natan Lopez Cardozo (Israël)
Rav Yehouda Gilad (Israël)
Rabbi Alon Goshen-Gottstein (Israël)
Rabbi Irving Greenberg (Etats-Unis)
Rabbin Marc Raphaël Guedj (Suisse)
Rabbi Eugene Korn (Israël)
Rabbi Daniel Landes (Israël)
Rabbi Steven Langnas (Allemagne)
Rabbi Benjamin Lau (Israël)
Rabbi Simon Livson (Grand Rabbin de la Finlande)
Rabbi Asher Lopatin (Etats-Unis)
Rabbi Shlomo Riskin (Israël)
Rabbi David Rosen (Israël)
Rabbi Naftali Rothenberg (Israël)
Rabbi Hanan Schlesinger (Israël)
Rabbin Samuel Sirat (France)
Rabbi Daniel Sperber (Israël)
Rabbi Jeremiah Wohlberg (Etats-Unis)
Rabbi Alan Yuter (Israël)

Signataires suivants :
Rabbi David Bauman (Etats-Unis)
Rabbi Abraham Benhamu (Perou)
Rabbi Todd Berman (Israël)
Rabbi Michael Beyo (Etats-Unis)
Rabbi Michael Chernick (Etats-Unis)
Rabbi Josef Douziech (Canada)
Rabbi David Ellis (Canada)
Rabbi Seth Farber (Israël)
Rabbi Ben Greenberg (Etats-Unis)
Rabbi Yeshayahu Hollander (Israël)
Rabbi David be Meir Hasson (Chili)
Rabbi Herzl Hefter (Israël)
Rabbi Zvi Herberger (Norvège/Estonie)
Rabbi David Jaffe (Etats-Unis)
Rabbi David Kalb (Etats-Unis)
Rabbi Joseph Kolakowski (Etats-Unis)
Rabbi Frederick Klein (Etats-Unis)
Rabbi Shaya Kilimnick (Etats-Unis)
Rabbi Yehoshua Looks (Israël)
Rabbi Ariel Mayse (Etats-Unis)
Rabbi Bryan Opert (Afrique du Sud)
Rabbi David Rose (Royaume Uni)
Rabbi Daniel Sherbill (Etats-Unis)
Rabbi Zvi Solomons (Royaume Uni)
Rabbi Yair Silverman (Israël)
Rabbi Daniel Raphael Silverstein (Etats-Unis)
Rabbi Mashada Vaivsaunu (Armenie)
Rabbi Shmuel Yanklowitz (Etats-Unis)
Rabbi Lawrence Zierler (Etats-Unis)

Rabbi Avraam Rosenfeld (USA

Rabbi Aaron Leibowitz (Israël)

Rose Bitton (USA)

Dina Najman (USA)

Traduction de Cécile Le Paire

 

[1Mishneh Torah, Les lois royales 11, 4 (édition non censurée) ; Le Kuzari, section 4, 22

[2Seder Olam Rabbah 35-37 ; Sefer ha-Shimush 15-17

[3Les principes de l’éducation, « Talmudic Judaism and Society », pp. 225-227

[4Quatrième réunion de la Commission bilatérale Grand Rabbinat d’Israël - Commission du Saint Siège pour les relations avec le judaïsme, Grottaferrata, Italie (19 octobre 2004)

[5Commentaire sur Gn 33,4

[6Glose sur Shulhan Arukh Hoshen Mishpat, section 425 ,5

 

Présentation

  • : Amitié Judéo Chrétienne de NANTES
  • Amitié Judéo Chrétienne de NANTES
  • : Association faisant partie de l'Amitié judéo-chrétienne de FRANCE
  • Contact

Recherche