Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 septembre 2011 4 15 /09 /septembre /2011 15:30

 Je viens de terminer la lecture du roman de Claire Daudin : "Mon roman juif", et je me fais un plaisir de vous le proposer.

  mon roman juifClaire Daudin, ancienne élève de l'Ecole normale supérieure,  a reçu le Grand Prix catholique de littérature 2010 pour un premier roman, intitulé 'Le Sourire'. Ce deuxième roman, "Mon roman juif", qui campe la rencontre entre un jeune juif mystérieux et une sage jeune fille issue de la vieille chrétienté française, est paru au Cerf en 2011.

Disons-le tout net : c'est un roman étrange, où sont comme enchâssés des récits de rêves et des souvenirs issus de lectures ou de mémoire générationnelle. Mais c'est aussi un récit poétique et il faut accepter de se laisser porter par son souffle lyrique qui nous entraîne dans des lieux, des époques et des rythmes différents. On découvre alors la profondeur de la rencontre entre deux univers trop longtemps séparés.

On a le sentiment, et ce n'est pas nous qui allons le regretter, que l'auteur catholique laisse libre cours à sa "fibre juive", en écho peut-être à la phrase de Jean-Paul II adressée à la communauté juive en 1986 : "Vous êtes nos frères et, dans un certain sens, nos frères aînés."

Voici comment Claire Daudin présente son roman

« Il y a des rendez-vous manqués, des rencontres qui n’ont pas lieu dans l’Histoire, ou seulement sous la forme de la persécution. Mais dans le livre, tout est possible, et c’est pour cela que j’écris. C’est pour cela que, moi la chrétienne, j’ai écrit Mon roman juif, où des univers qui s’étaient ignorés jusqu’aux temps de mes grands-parents se rejoignent en la personne de mes héros, Ariel et Olympe, chacun invitant l’autre à le suivre, à le connaître, à le reconnaître dans sa différence et sa proximité. »

Présentation de l'éditeur :

« Tu me l'as dit un jour, sans crier gare. Je ne me souviens pas de tes mots ; on allait vers le printemps, il faisait clair dans la pièce au plafond haut. Tu me l'as dit entre deux cours, nous étions seuls dans la salle vide. Tu ne t'es pas attardé, tu me l'as dit comme en passant. Pourtant tu me l'as bien dit, à moi, dans cette salle du lycée où nous étions assis l'un près de l'autre, et je ne t'ai pas répondu. Tu m'as dit que tu étais juif. »
« Mon roman juif », ma romance, ma belle histoire. Celle de deux adolescents qui n'auraient pas dû se rencontrer. Olympe, issue de la vieille chrétienté française ; Ariel, survivant qui s'ignore d'un monde anéanti, le « shtetl » polonais. Chacun est pour l'autre une incitation au départ. Pour l'autre, chacun va quitter la maison de ses pères, « vers un pays que je te montrerai ». De la montagne Sainte-Geneviève aux faubourgs de Lublin, des versions latines aux récits hassidiques, Olympe se lance à la poursuite de l'ami énigmatique, le garçon qui marchait trop vite dans les couloirs du lycée. C'est à Moissac qu'Ariel, par un étrange détour, trouvera le secret de ses origines. Sous le regard de Jérémie, le prophète sculpté dans la pierre, les retrouvailles prévues par le Ciel seront-elles célébrées, en dépit des rendez-vous manqués de l'histoire ?
Récit poétique où s'entrelacent visions oniriques et souvenirs de lectures, « Mon roman juif » traverse les générations, les frontières, les mondes, pour ouvrir un espace où ce qui était séparé se rejoint, ceux qui étaient perdus se retrouvent et s'unissent « sous le ciel tendu comme un dais ».
  

Bonne lecture, si le coeur vous en dit.  Vous ne le regretterez pas.

 Piere JOUNEAU 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Amitié Judéo Chrétienne de NANTES
  • : Association faisant partie de l'Amitié judéo-chrétienne de FRANCE
  • Contact

Recherche