Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 septembre 2018 6 15 /09 /septembre /2018 18:52

La fête de Kippour se célèbre cette année 2018

 (5779 du calendrier hébraïque)

le mercredi 19 septembre,

(mais comme toutes les fêtes juives

Kippour commence la veille au soir, mardi 18).

"Le 10 de ce septième mois,qui est le Jour du Grand Pardon, vous tiendrez une réunion sacrée, vous jeûnerez, et vous présenterez un  mets consumé au Seigneur; vous ne ferez aucun travail en ce jour précis,  car c'est un jour de Grand Pardon,  où se fait sur vous le rite de l'absolution devant le Seigneur votre D.ieu.. Vous ne ferez aucun travail : c'est une loi immuable pour vous d'âge en âge, où que vous habitiez... Depuis le 9 du mois au soir jusqu'au lendemain soir, vous observerez ce repos sabbatique."

(Lv  23, 27...32)

Même les juifs qui sont peu ou pas du tout observants respectent ce jour, en chômant et souvent en jeûnant.

Pour plus de précision : voir la présentation faite en septembre 2010  

Yom Kippour est un jour de jeûne consacré à la prière et à la repentance (25 heures en tout).

Pendant cette journée, les fidèles se réunissent à la synagogue pour prier en demandant pardon pour les péchés commis lors de l'année écoulée. Pardon envers D.ieu mais également envers son prochain.

Dans le mois d'Eloul, qui précède Kippour, chacun doit tout mettre en oeuvre pour se réconcilier avec son prochain, car seules les fautes envers D.ieu pourront être absoutes le jour de Kippour.  

yomkippour

Une des pièces les plus populaires de la liturgie de Kippour est la prière du Kol Nidre (judéo-araméen כָּל נִדְרֵי « Tous les vœux ».

 C'est une prière d’annulation publique des vœux. Déclamée trois fois en présence de trois notables à la synagogue, elle ouvre l’office du soir de Yom Kippour.

Introduite dans le rituel de prières en dépit de l'opposition d'influentes autorités, attaquée au cours du temps par d'éminentes autorités médiévales, expurgée des livres de prière de nombreuses communautés progressistes au XIXe siècle, cette prière fut de surcroît souvent produite hors de son contexte par des antisémites comme preuve de la fourberie des Juifs. 

En voici une traduction : "Que tous les vœux, les interdits personnels et collectifs, les serments et choses équivalentes que nous aurions formulés et contractés, toutes les promesses et tous les engagements que nous aurions faits et pris devant Dieu, à compter de la date de ce Yom Kippour-ci et jusqu’au Yom Kippour à venir, nous les rétractons ci-devant, qu’ils soient nuls et non avenus, puisque nous ne sommes pas assurés de les tenir. Nos vœux ne sont plus des vœux, nos engagements ne sont plus des engagements, nos serments ne sont plus des serments. L’Officiant et l’Assemblée :

« Et que soient pardonnés toute l’assemblée du peuple d’Israël ainsi que l’étranger qui réside parmi eux, car chacun d’eux a agi par inadvertance » (Nombres 15,26).

En fait, il ne s'agit pas des voeux formulés envers les autres, mais envers soi-même, les engagements inconsidérés que l'on aurait pu prendre pour soi-même. Il ne s'agit pas des devoirs citoyens ou des serments prononcés devant des tribunaux civils.

Aujourd'hui ce chant est presque devenu le symbole de Kippour.

En voici une version chantée par Charles K.L. Davis.

https://www.youtube.com/watch?v=h2E6R0jqIn4

Pour en savoir plus sur cette fête, n'hésitez pas à fréquenter le site de l'AJC de France
et le campus numérique juif, AKADEM, qui nous permet d'entrer plus avant dans sa signification :
une conférence de Claude Riveline, sur Kippour et souccot, de la joie à la joie
et une conférence de Delphine Horvilleur et Djelloul Seddiki sur  Jeûner devant D.ieu
 
 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Amitié Judéo Chrétienne de NANTES
  • : Association faisant partie de l'Amitié judéo-chrétienne de FRANCE
  • Contact

Recherche