Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 juin 2013 3 26 /06 /juin /2013 17:50

Il y a quelques semaines, une conférence était donnée en l'Eglise Sainte-Madeleine de Nantes par Jean-Marie Elie Setbon, ancien rabbin juif ultra-orthodoxe, autour du livre qu'il vient d'écrire : "De la kippa à la croix – Conversion d'un juif au catholicisme". Cet ouvrage est le récit de l'expérience personnelle de l'auteur, et c'est le témoignage de son chemin de conversion qu'il a donné en cette soirée du 28 mai 2013 aux nombreuses personnes qui étaient venues l'écouter.

Certains ont pu être surpris ce soir-là par quelques uns des propos tenus par Jean-Marie Elie Setbon. Le Père Patrice Eon, curé de la paroisse Notre-Dame de Nantes et prêtre accompagnateur du Service diocésain pour les relations avec le judaïsme du diocèse de Nantes (SDRJ) a écrit un article dans le bulletin paroissial de "Notre-Dame de Nantes" pour aider ses paroissiens à comprendre la permanence du peuple juif et le sens de sa mission après l'événement de Pâques. C'est un texte qui ne s'adresse pas à des spécialistes du dialogue judéo-chrétien, mais il a l'avantage de donner quelques repères importants sur la mission spécifique du peuple juif et sur les relations juifs-chrétiens depuis l'avènement de Jésus-Christ. C'est cet article que nous vous proposons aujourd'hui, avec son accord :

"Dialogue entre juifs et chrétiens

Peut-être avez-vous lu ou entendu son témoignage : Jean-Marie Elie Setbon est un ancien rabbin juif ultra-orthodoxe, qui, séduit par la personne de Jésus, a demandé le baptême et est devenu catholique. La manière dont le Christ l’a touché pour se révéler à lui est très émouvante. Un peu à la manière d’un Saul de Tarse, renversé dans ses convictions sur le chemin de Damas, et qui se met au service de l’annonce du Ressuscité (cf son livre « De la Kippa à la croix » éd Salvator)

Cependant, le respect que nous devons avoir devant le mystère d’une vocation particulière ne doit pas nous empêcher de comprendre que, justement, cette vocation est particulière et ne peut être généralisée à l’ensemble du peuple juif. A l’écoute d’un tel témoignage, bien des chrétiens seraient tentés de se dire : « voilà ce qu’il faut faire : convertir tous nos frères juifs au catholicisme !». Réagir ainsi serait oublier trois choses.

1– La mission spécifique du peuple juif…

Le peuple juif a reçu la mission spécifique d’être un peuple-mémorial. Au milieu des nations, il a la tâche de garder intacte la mémoire de l’Alliance, de générations en générations. Marek Halter, dans son roman, « La mémoire d’Abraham », décrit la grande saga d’une famille juive qui, à travers cent générations, se transmet « le livre familial »,  la mémoire vive de son origine, une origine pas seulement lointaine, 2000 ans plus tôt, mais une origine sans cesse  réactualisée. Cette histoire est une belle illustration de la vocation du peuple juif : transmettre de génération en génération, la mémoire  vive de l’Alliance,  cette initiative qu’a prise Dieu, à un moment du temps, et qu’il reprend à chaque instant de l’histoire humaine.  La Torah est cette Parole  d’Alliance, inscrite  dans le « livre familial » (la Bible), sur laquelle le peuple juif est chargé de veiller.

C’est sa mission spécifique. C’est pourquoi, il est demandé à un juif de garder, c’est-à-dire d’observer, les 613 commandements, tels qu’ils on été confiés par Dieu à ses ancêtres.  Cela n’est pas demandé à un « goy », c’est-à-dire un non-juif, car ce n’est pas sa vocation. Le Seigneur peut appeler un juif à ne plus observer les pratiques juives (c’est ce qu’il a fait avec des juifs célèbres comme Mgr Lustiger), mais c’est là une vocation personnelle, non généralisable. 

 2– Une mission qui n’est pas terminée...

On comprend que si telle est la mission  du peuple juif, elle continuera jusqu’à la fin des temps. Le Seigneur aura toujours besoin des juifs pour rappeler au monde l’Alliance dans son jaillissement originel et permanent.

Comme le rappelait Jean Paul II aux juifs de la synagogue de Rome (13 avril 1986) : « Vous êtes nos frères préférés, et d’une certaine manière nos frères aînés ». Lorsque le cadet arrive dans la famille, il ne peut pas dire à l’aîné : « maintenant que je suis là, on n’a plus besoin de toi ! ». C’est pourtant ce que nous, chrétiens, nous avons fait pendant des siècles en considérant que la mission du peuple juif était terminée, et que l’Eglise, prenant le relais, se substituait au peuple élu (ce qu’on a justement appelé la « théologie de la substitution »). Saint Paul disait : « ce n’est pas toi qui portes la racine, mais c’est la racine qui te porte. Ne va donc pas t’enorgueillir » (Romains 11,18). La racine, non seulement historique, mais permanente, c’est le peuple juif. Par le Christ, l’Église est greffée sur le peuple juif, comme la branche est greffée sur l’arbre. Sa mission, c’est de faire fructifier chez les « païens » ce qui est porté par la racine juive : la révélation de Dieu pleinement réalisée dans le Christ Jésus.

3 – L’achèvement de cette mission appartient à Dieu …

Un disciple de Jésus, qui aime Jésus, désire, bien évidemment, que tous les hommes connaissent Jésus et l’accueillent comme leur Sauveur, leur Maître et Ami. Un chrétien, qui aime ses frères juifs, a dans le cœur le désir, qu’un jour, ils connaissent Jésus comme celui qui accomplit pleinement la Torah parce qu’il est lui-même la Parole incarnée. Cependant, même s’il témoigne ouvertement, devant ses amis juifs, de son amour pour le Christ Jésus, un chrétien laisse à Dieu seul le soin de les unir pleinement à son Fils, quand il le voudra et comme il le voudra. Cela n’appartient qu’à Dieu seul.

Cette manière de faire, (assez déstabilisante, il faut l’avouer, pour nous, catholiques), est très spécifique du dialogue entre juifs et chrétiens. Il n’en va pas ainsi de l’évangélisation des autres religions. Mais le rapport entre chrétiens et juifs est très spécial. « La religion juive ne nous est pas « extrinsèque » mais, d’une certaine manière, elle est « intrinsèque » à notre religion. Nous avons donc envers elle des rapports que nous n’avons avec aucune autre religion. » (Jean-Paul II)

La mission du peuple juif sera totalement accomplie à la fin des temps, lorsque « le temps des païens » sera achevé, c’est-à-dire lorsque tous les peuples seront évangélisés (Rm 11,25-26). « Pendant ce temps, Israël conserve sa propre mission. Il est dans la main de Dieu qui, au temps voulu, le sauvera « totalement », quand le nombre des païens sera complet » (Benoît XVI - Jésus de Nazareth, tome 2, éd du Rocher, p.63). Quand ce « temps voulu » arrivera-t-il ? Nous n’en savons rien, encore une fois, cela n’appartient qu’à Dieu et au mystère de sa libre volonté.                                               

 

  P. Patrice Éon

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

François 22/12/2013 10:18

Merci mon père pour votre beau texte. J'étais présent lors de la conférence de monsieur Setbon.
Et certains des propos et les attitudes qui en sont ressortis m'ont interloqué.J'ai pu en faire part à un des prêtres de la paroisse de la Madeleine.L'Alliance entre D.ieu et Israel est éternelle et en tant que jeune catholique je ne peux qu'encourager le dialogue judéo chrétien.Mes salutations à mes frères aînés dans la Foi .
Fraternellement en Yeshua
François

tc 26/06/2013 18:25

Super merci Pierre

Présentation

  • : Amitié Judéo Chrétienne de NANTES
  • : Association faisant partie de l'Amitié judéo-chrétienne de FRANCE
  • Contact

Recherche