Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 novembre 2017 6 04 /11 /novembre /2017 12:47

Le Centre Culturel André Néher (CCAN) nous propose de nous retrouver

demain soir 5 novembre  à 18 h 00

au cinéma le KATORZA (3 rue Corneille, NANTES)

pour voir le film :

BROOKLYN YIDDISH

dont voici le synopsis :

Borough Park, quartier juif ultra-orthodoxe de Brooklyn. Menashé, modeste employé d'une épicerie, tente de joindre les deux bouts et se bat pour la garde de son fils Ruben. En effet, ayant perdu sa femme, la tradition hassidique lui interdit de l'élever seul.

Mais le Grand Rabbin lui accorde de passer une semaine avec son fils ; l'ultime occasion pour Menashé de prouver qu'il peut être père dans le respect des règles de sa communauté.

On peut trouver ici la bande-annonce.

Présentation sur le site de l'Arche (media du Fonds Social Juif Unifié)

Ce film a été sélectionné au Festival du cinéma américain de Deauville 2017 où il a remporté le Prix du Jury, ex-aequo avec A Ghost story.

Sortie en France : 25 octobre 2017

Partager cet article

Repost0
2 novembre 2017 4 02 /11 /novembre /2017 13:46

2017, année LUTHER

Beaucoup d'événements ont célébré le 500ème anniversaire de la Réforme, un peu partout dans le monde, et notamment à Nantes, ville de l'Edit (de Nantes), qui a reçu le label de ville européenne de la Réforme (avec cinq autres villes françaises). Beaucoup d'entre nous ont pu participer à diverses manifestations : culturelles, musicales, religieuses et oecuméniques.

Dans le cadre de la célébration des 500 ans de la Réforme, les Protestants ont convenu qu'il n'était pas possible de passer sous silence les violents écrits anti-judaïques de Luther, rédigés quelques années avant sa mort.

C'est  ainsi que l'Union des Eglises Protestantes d'Alsace-Lorraine a organisé mercredi 7 juin 2017 au siège du Conseil régional à Strasbourg une manifestation autour du thème : "Luther, les Juifs et nous aujourd'hui", suivie d'une déclaration de l'Union des Eglises protestantes d'Alsace-lorraine (UEPAL) condamnant ces écrits anti-judaïques.

Cette déclaration, nous voulons vous la faire connaître, parce que, oui vraiment, elle a quelque chose d'historique, comme le reconnaît Philippe Richert, président de la Région Grand-Est (source : actuj.com) :

« Il n'est pas dans mes habitudes de dire d'un événement qu'il est historique. Mais ce qui se passe ce soir n'est pas un petit événement », a souligné dans son introduction Philippe Richert... Lui-même protestant, il a salué, devant les plus de 200 personnes (en majorité protestantes) réunies dans l'hémicycle du Conseil Régional, la recherche de « justice et de vérité » qui caractérise la démarche des protestants d'Alsace et de Moselle, une terre où le protestantisme - surtout luthérien - est solidement enraciné depuis cinq siècles. Il a en effet fallu du courage aux protestants pour renoncer à l'idéalisation de leur grande figure fondatrice et pour regarder en face et dénoncer sans faux fuyant « les terribles violences verbales de Luther contre les Juifs », selon les mots de Christian Albecker, président de l'Uepal.

Marc Lienhard, pasteur, universitaire et spécialiste mondialement reconnu de Luther a prononcé une conférence aussi engagée qu'érudite sur l'antisémitisme virulent de Luther, du vieux Martin Luther plus précisément. Avant d'évoquer chronologiquement les écrits du père de la Réforme, Marc Lienhard a avancé quatre remarques importantes : les Juifs sont chez Luther un sujet central ; Luther n'a pas rencontré de Juifs et a donc parlé sur ces derniers et non pas avec eux ; dans son entourage, presque tout le monde partageait ce regard hostile ; il s'est surtout exprimé sur les Juifs en tant que commentateur de deux Testaments.
Marc Linhard a ensuite évoqué les premiers écrits de Luther sur les Juifs qui, à l'instar de « Que J.C. est né Juif » (1523), condamne par exemple les accusations  délirantes de meurtres rituels et invite les chrétiens à « les traiter comme des frères ». « Le premier Luther voulait certes convertir les Juifs, mais par la parole et non par la contrainte », a rapporté ce pilier du protestantisme alsacien. Il a ensuite expliqué que le regard porté sur les Juifs se modifie à partir de 1530, quand Luther réalise que les Juifs ne se convertissent pas. Cette hostilité culminera en 1543, trois ans avant sa mort, par la rédaction de trois textes extrêmement antisémites – le plus connu s'intitule « Des Juifs et de leurs mensonges » – dans lesquels il regrette sa tolérance passée et évoque le caractère « dangereux et démoniaque » des Juifs. Il proposa aux autorités de brûler les synagogues et d'interdire aux rabbins d'enseigner et émit le souhait de les voir « partir dans leur pays, à Jérusalem ». Il a terminé son allocution en se félicitant du profond changement de la relation aux Juifs et au judaïsme des églises protestantes initié après la Seconde Guerre mondiale et renforcé depuis les années 1980.
 « Nous accueillons cet événement avec une fraternelle gratitude, a déclaré le grand rabbin René Gutman, à l'issue de la conférence. C'est un moment essentiel dans les relations entre protestants et juifs qui s'inscrit dans la continuité de l'esprit de la conférence de Seelisberg de 1947. » Il a rendu hommage aux nombreux protestants qui sont venus en aide aux juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. ».

Parce qu'en effet, nous n'oublions pas, comme le rappelait, Philippe Richert :

"Pendant ce temps, il y avait des pasteurs et des hommes qui luttaient, pied à pied, risquant tout, osant tout, ne craignant rien. Ils s'appelaient Dietrich Bonhoeffer. Ils s'appelaient Martin Niemöller. Ils s'appelaient Karl Barth. Et ils s'appelaient aussi Paul Tillich, chassé de l'université pour avoir pris la défense d'étudiants juifs. Et c'est chez Luther,.. que ces théologiens et ces pasteurs d'exception sont allés chercher les raisons les plus profondes d'aimer les juifs plutôt que de les haïr. Avaient-ils connaissance de ses écrits les plus anti-judaïques ? Bien sûr que oui. Mais ils  n'avaient retenu de Luther que son appel à retourner à l'Évangile. A l'Évangile et à lui seul. C'est-à-dire à ce texte puissant qui appelle, comme le soulignera Karl Barth avec force tout au long de sa vie, à réaliser et à accomplir la loi de Moïse. Jamais à l'abolir."

Vous pouvez lire l'intégralité de  l'intervention de M. Philippe Richert, Président de la Région Grand-Est, ici.

Mais n'oubliez surtout pas de lire la déclaration en pièce jointe.

Bon 500ème anniversaire à nos amis protestants !

Partager cet article

Repost0
30 octobre 2017 1 30 /10 /octobre /2017 17:58

Habitués à entendre parler souvent ici des fêtes juives, permettez  que pour une fois nous mettions en valeur une fête chrétienne.

Comme son nom l’indique, la Toussaint est la fête de tous les saints. C'est une solennité célébrée le 1er novembre par l'Eglise catholique latine et différentes dénominations protestantes et le premier dimanche après la Pentecôte par les Eglises catholiques orientales de rite byzantin et l'Eglise orthodoxe en l'honneur de tous les saints, connus et inconnus, foule innombrable de ceux et celles qui ont été de vivants et lumineux témoins du Christ.
Fra Angelico

Si un certain nombre d’entre eux ont été officiellement reconnus, à l’issue d’une procédure dite de « canonisation », et nous sont donnés en modèles, l’Eglise sait bien que beaucoup d’autres ont également vécu dans la fidélité à l'Evangile et au service de tous. C’est bien pourquoi, en ce jour de la Toussaint, les chrétiens célèbrent tous les saints, connus ou inconnus.
Cette fête est donc aussi l’occasion de rappeler que tous les hommes sont appelés à la sainteté : "Soyez saints, car je suis saint, moi, le Seigneur votre Dieu" (Lévitique 19,1), sainteté à chercher par des chemins différents, parfois surprenants ou inattendus, mais tous accessibles.

La fête de la Toussaint est inséparable du jour de prière pour les défunts, que l’Église commémore le 2 novembre. La première célébration s’est vécue dans la joie; la seconde est plus en lien avec les souvenirs envers ceux que nous avons aimés.

Les sources pour vous informer sur cette fête sont nombreuses, mais nous vous recommandons particulièrement le site de la Conférence des évêques de France, site officiel de l'Eglise Catholique en France, qui a réalisé tout un dossier à l'occasion de cette  fête. N'hésitez pas à vous y rendre et à cliquer sur les différentes propositions qui vous sont faites :

- qu'est-ce que la Toussaint ?                       - d'où vient la fête de la Toussaint ?

- qu'est-ce que la sainteté ?                          - le culte des saints chez les chrétiens

- Toussaint ou Halloween ?      etc..

Vous pouvez aussi obtenir de la documentation sur le site du Cybercuré, vers lequel nous vous avons déjà renvoyés plusieurs fois et qui est toujours de bonne qualité.

Mais plus proche de nous, ne manquez surtout pas l'interview par Maddy Verdon sur Radio Fidélité du Père Hubert VALLET, à propos de la Communion des Saints.

Vous trouverez les dates de diffusion ici.

Belle Fête de la Toussaint !

Partager cet article

Repost0
18 octobre 2017 3 18 /10 /octobre /2017 10:17

On nous demande de vous indiquer le changement de date de la conférence sur Einstein, qui n'aura donc pas lieu le 26 octobre mais le

6 novembre 2017

 

Partager cet article

Repost0
17 octobre 2017 2 17 /10 /octobre /2017 18:22

Dans le cadre du cycle "Le Temps et le Judaïsme",

Meïr Siboni invite Jacques Levy-Vehel à faire une conférence sur Einstein

le Jeudi 26 Octobre à 20h30 au CCAN

La conférence :

Einstein a révolutionné la façon d'appréhender le temps en élaborant la théorie de la relativité restreinte. En montrant que la durée d'un même événement peut varier suivant l'observateur. Il a ouvert la voie à de nombreuses applications actuelles, comme le GPS.
Dans la tradition juive, le temps est aussi, dans un certain sens, relatif.
La conférence explorera certains aspects de la relativité du temps impliqués par le travail d'Einstein et tracera quelques parallèles avec la relativité du temps hébraïque.

Le conférencier :

Jacques Lévy Véhel est  diplômé de l'Ecole Polytechnique et de l'Ecole Nationale Supérieure des Télécommunications, et Docteur en Mathématiques. Il a effectué l'essentiel de sa carrière comme Directeur de Recherches à l'Institut National de le Recherche en Informatique et Automatique (INRIA), avant de fonder la société Case Law Analytics, qui propose des outils d'intelligence artificielle pour la quantification du risque.

 

Partager cet article

Repost0
16 octobre 2017 1 16 /10 /octobre /2017 11:33

Demain soir, 17 octobre, la chaîne de télévision C8 propose une soirée documentaire sur le Nazisme et les drogues.

- à 21 h   Hitler junkie de Christian Huleu

- à 22 h   Nazies junkies de Christian Huleu

et à 23 h 15, un documentaire de Guy Lagache, sur les milliers de français qui ont suivi Hitler : Nazis français, nazis allemands, de la fuite à la traque

en lire plus sur Akademscope,  le calendrier de tous les événements juifs.

Partager cet article

Repost0
13 octobre 2017 5 13 /10 /octobre /2017 11:42

C'est la fin des fêtes d'automne mais c'est surtout la fin du cycle de lecture de la Tora et le début du nouveau cycle : c'est la fête de la Tora, ou plus exactement de "la joie de la Tora" (Sim'hat Tora).

Elle a lieu le 23 Tichri, en conclusion de la fête de Souccot,

cette année vendredi 13 octobre 2017 (début jeudi 12 au soir).

 Sim'hat Tora n’est pas d’origine biblique. Cette fête ne vient pas non plus du Talmud. Elle est liée, en fait,  au cycle des lectures de la Tora. Elle est apparue vraisemblablement au IXème siècle. Sim'hat Tora clôture le cycle annuel de lecture de la Tora. Au cours de cette fête on remercie Dieu pour le don de la Tora, au moment où recommence le nouveau cycle annuel de lecture..

Sim'hat Tora se caractérise par un office particulièrement joyeux.

Après avoir enchaîné la lecture des derniers versets du Deutéronome (dernier livre de la Tora) et les premiers de la Genèse ("Au commencement..."), tous les rouleaux de la Tora sont sortis de l'arche sainte et portés par les fidèles, grands et petits, qui tournent sept fois autour de l'estrade de lecture (la bima), chantant et dansant en joyeuse procession. En Israël, ces processions débordent souvent dans les rues. C'est en effet l'occasion de grandes réjouissances dans les communautés juives d'Israël et de la Diaspora à travers le monde.

Après les "jours redoutables" de Roch haChana et de Kippour, les fêtes de Tichri, dans le calendrier hébraïque, s'achèvent dans la joie de Soukkot et de Sim'hat Tora : c'est la joie de la lecture de la Tora !

Vous pouvez vous rendre sur le site de l'Amitié judéo-chrétienne de France à l'adresse suivante : AJCF. Vous y trouverez quelques informations sur le sens de cette fête et notamment un renvoi au site d'Akadem, le campus numérique juif, pour une conférence du rabbin Philippe Haddad, que nous connaissons bien à Nantes : Sim'hat Tora : la Tora au bout du rouleau.

Pour avoir une idée de la joie immense de cette fête autour des rouleaux de la Tora, vous pouvez regarder cette vidéo :

Partager cet article

Repost0
9 octobre 2017 1 09 /10 /octobre /2017 15:45

Vous connaissez l'expression "Tout ce que vous auriez  toujours voulu savoir sur..."

Et bien, à l'AJC Nantes, vous n'aurez pas ce genre de regret. Car nous vous proposons, à propos du Talmud

"Tout ce que vous aimeriez savoir sur le Talmud"

une conférence par le Rabbin Yeshaya Dalsace, de la Communauté Massorti de l'Est Parisien.

dimanche 15 octobre 2017 à 18h00

à la Maison Saint Clair

7 chemin de la Censive du Tertre

44300 Nantes

Profitez-en.... Vous ne le regretterez pas !

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
2 octobre 2017 1 02 /10 /octobre /2017 09:41

 

 

 

Au cours de cette année 2017-2018, l'émission "Juifs & Chrétiens en dialogue" va pouvoir vous faire partager la richesse de quelques unes des conférences du Campus numérique juif "AKADEM" grâce au partenariat signé entre Akadem et Radio Fidélité

 

C'est ainsi que la semaine du 2 au 8 octobre, vous entendrez la conférence de Claude Riveline intitulée "Kippour, Souccot de la joie à la joie"

Partager cet article

Repost0
28 septembre 2017 4 28 /09 /septembre /2017 14:51

Yom Kippour est le jour de la repentance par excellence, considéré comme étant le jour le plus saint et le plus solennel de l'année juive.

Son thème central est le pardon et la réconciliation.

C'est le dixième des jours de pénitence commencés avec Roch haChana.

Cette année Yom Kippour se célèbre

samedi 30 septembre  donc jour de shabbat

(mais, comme toutes les fêtes juives,

Kippour commence la veille au soir.)

assemblee kippour

Par les résolutions de nos coeurs de réparer le mal commis,

de regretter sincèrement nos mauvaises actions

et de décider fermement de nous amender,

D.ieu consent encore et toujours à nous accorder son pardon.

 

Les textes rabbiniques précisent que Yom Kippour permet à l'homme

d'expier ses péchés contre Dieu,

mais pas vis-à-vis de son prochain.

C'est pourquoi, chacun s'engage

à résoudre les conflits et disputes au plus tard la veille du jeûne,

afin de pouvoir chanter avec de bonnes intentions

le merveilleux chant du "Kol Nidré" qui commence l'office de Kippour.

Kippour n'a de sens, disent les Sages,

que dans la mesure où un homme s'est réconcilié avec son prochain.

On observe en ce jour un jeûne de 25 heures,

du coucher du soleil à l'apparition de trois étoiles le lendemain,

au cours duquel on prie avec une ferveur toute particulière.

Ce jeûne, contrairement aux autres jeûnes,

est le seul à avoir préséance sur le Shabbat.

Donc, lorsque Kippour tombe un Shabbat, comme cette année,

on jeûnera quand même.

Chofars Kippour

(le son du chofar, surtout associé à Roch haChana, marque aussi la fin du jeûne solennel de Kippour)

"Le verbe k.p.r signifie "couvrir".

Nous le rencontrons la première fois

lorsque l'Eternel demande à Noé à propos de l'arche :

"Tu la recouvriras à l'intérieur et à l'extérieur par de la poix." (Gn 6,14).

Parmi les éléments du sanctuaire portatif du désert,

la Bible fait mention du kaporeth, traduit par "propitiatoire"

qui était le couvercle posé sur l'Arche d'Alliance

qui contenait les Tables de la loi (Ex 25,17).

Kippour est lié au recouvrement,

comme lorsqu'on parle du recouvrement d'une dette;

Le concept de recouvrement implique ainsi un acte positif

de rassemblement de souvenirs à effacer et de conduites à corriger

plutôt qu'une simple occultation liée à l'oubli.

Seul le travail de mémoire peut engendrer l'expiation,

et donc la revirginisation de la conscience morale

et de la ferveur religieuse."

(Ph. Haddad : "Pour expliquer le judaïsme à mes amis" pp. 127-128)

Pour approfondir

(AJCF nationale)  sur le chant du Kol Nidré : http://www.ajcf.fr/spip.php?article 558

 Akadem, le campus numérique juif, propose plusieurs conférences qui pourraient vous intéresser, sur la compréhension des fêtes de Roch HaChana et de Kippour:

                        http://www.akadem.org/sommaire/themes/vie-juive/les-fetes/roch-

Nous envoyons à nos amis tous nos voeux les plus chers pour

YOM KIPPOUR

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Amitié Judéo Chrétienne de NANTES
  • : Association faisant partie de l'Amitié judéo-chrétienne de FRANCE
  • Contact

Recherche