Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 avril 2015 2 14 /04 /avril /2015 17:09

Nous sommes invites

le jeudi 16 avril a partir de 18 h,

au Centre Culturel Andre Neher (6 impasse Copernic, Nantes)

a l`inauguration de l`exposition

< L`antisemitisme du Moyen-Age a nos jours>

sous l`egide de la LICRA 44 et du Consistoire Israelite de Nantes avec le soutien du Conseil Regional des Pays de Loire.

Au cours de cette soiree sera presente un extrait du temoignage de M. GLUCK (rescape d`Auschwitz) qui a ete durant de tres nombreuses annees le President de l`Association Cultuelle Israelite de Nantes.

Avec la participation de Monsieur Alain JAKUBOWICZ,

President de la LICRA Nationale,

et la presence de Monsieur le Prefet de Region, de Monsieur le President du Conseil Regional, de Madame le Maire de Nantes et des representants des cultes musulman, catholique et protestant.

L`exposition est visible du lundi 13 au mercredi 15 avril au CCAN de 15 h a 19 h.

L antisemitisme du Moyen Age a nos jours
Partager cet article
Repost0
6 avril 2015 1 06 /04 /avril /2015 12:33

N`oubliez pas la conférence-debat qui sera donnee

mercredi 8 avril 2015 ,

a l`initiative du SRI , du SDRJ , de l ' AIOF , du Centre culturel A. Darwish , du Consistoire israélite de Nantes et de l'association Tibhirine

Avec pour thème

« Les religions porteuses de paix? »

à 20h30 à la salle festive Nantes-nord ,

73 rue du Bout des Landes à Nantes (Tramway ligne 2 arrêt René Cassin)

Les Intervenants : le Rabbin Yonni Krief , rabbin de Nantes et de la région des Pays de la Loire, Cheick Larbi Kechat , Recteur et imam de la mosquée Adda'wa et Mgr Marc Stenger , évêque de Troyes et président de Pax Christi. Ils répondront aux questions  d`Antony Torzec de la Radio Fidélité , animateur de cette conférence.

Pour telecharger le dossier de presse, cliquer ici

Partager cet article
Repost0
30 mars 2015 1 30 /03 /mars /2015 16:07

Une fois encore Pessa'h (Pâque juive) et Pâques chrétiennes se célèbrent pratiquement au même moment.

Pessa'h : 4 au 11 avril 2015 -

Pâques (catholiques et protestants) : 5 avril 2015

Jean Massonnet, vice-président de l'AJC Lyon, expliquait, en mars 2012 sur le site Internet de l'AJCF, les différences de calendrier qui font que certaines années les dates sont identiques et certaines autres non.

Il donnait surtout à comprendre le sens de la fête juive et expliquait comment la Pâque de Jésus s'intègre dans le mouvement de la Pâque juive.

Pour lire l'article de Jean Massonnet : cliquer ici.

Le site de l'AJCF propose aussi cette annee 2015 un certain nombre d'éléments de compréhension. N`hesitez pas a vous y rendre.

(Nous sommes desoles pour le caractere degrade de la graphie de cet article . probleme de micro-ordinateur. Veuillez nous en excuser.)

Il est aussi tres interessant d`aller sur le portail numerique Akadem, qui indique une serie de conferences pour mieux comprendre l`evenement fondateur du Judaisme et la Hagada de Pessa`h - La Hagada en cinq questions, avec Isbelle Cohen, Philippe Haddad, Michael Sebban, David Saada, Claude Sultan et Ruben Honigmann.

Une mine a explorer !

Juliette Gauffriau, membre de l`Amitie judeo-chretienne et du Service diocesain pour les relations avec le Judaisme du diocese de Nantes, nous propose une presentation des liens entre Pessa`h et la Paque chretienne. Nous l`en remercions vivement.

<< Le premier jour de la fete des pains sans levain, les disciples viennent dire a Jesus ``Ou veux-tu que nous te preparions le repas de la Paque ? ``

La liturgie chretienne propose ce verset, Matthieu 26,17, le dimanche des Rameaux, ouverture de ce que nous appelons la Semaine Sainte. Cependant les mots des disciples de Jesus restent parfois obscurs : ``la fete des pains sans levain``, ``le repas de la Paque``. Qu`est-ce a dire ?

La reponse est dans la premiere partie de la Bible, au livre de l`Exode, chapitre 12. Il y est raconte comment les Hebreux descendants d`Abraham, ont pu, conduits par Moise, sortir d`Egypte ou ils etaient devenus esclaves. C`etait la nuit du 14 Nisan :    < Le 10 de ce mois, que l`on prenne une bete par famille..., parmi les agneaux ou les chevreaux... Le quatorzieme jour on l`egorgera au crepuscule... On mangera la chair cette nuit-la, on la mangera rotie au feu avec des pains sans levain et des herbes ameres... Vous le mangerez a la hate, c`est la Paque du Seigneur > (en hebreu Pessa`h).

Puis, plus loin, une prescription : < Ce jour-la vous servira de memorial. Vous feterez ce pelerinage pour feter le Seigneur. D`age en age - loi immuable - vous le feterez. >

Quinze siecles plus tard, les disciples de Jesus disent les memes mots, font les memes gestes, sont fideles au memorial de la Paque. Et en 2015, les communautes juives celebrent Pessa`h selon les memes rites codifies : lecture de l`histoire (la Hagadah), repas autour du plateau de Pessa`h, joie de la liberation.

Lq fete de Pessa`h est devenue passage de la nuit a la lumiere, de l`esclavage a la liberte, digne de la presence du Seigneur pres de <ceux qui le craignent>. Pour les chretiens Jesus est cette presence, en croix, agneau immole. Paques est le passage de la mort a la vie. Par sa mort et sa resurrection, le Christ, au matin de Paques, devient la lumiere pour ceux qui le suivent.

Le 14 Nisan, date de la fete de Pessa`h, correspond a la pleine lune de printemps ; la fete chretienne de Paques se celebre le dimanche qui suit cette pleine lune. De la, chaque annee, la date variable de ces fetes qui sont au coeur des deux cycles liturgiques.>>

Juliette Gauffriau (SDRJ du diocese et Amitie judeo-chretienne de Nantes)

        

Joyeuses Paques !

Partager cet article
Repost0
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 15:44
 
 
Conférence
 
 
dimanche 29 mars 2015 
de 15h00 à 17h00
Centre diocésain de formation
20, rue de la Gourmette - 44300  NANTES
(parking à l'intérieur)
 
 
 
"Le Cantique des Cantiques"
- 1ère partie - 
avec 
 
Pierre Jouneau, bibliste
 
Image en ligne
Que tu es belle, ma compagne ! Que tu es belle !
Tes yeux sont des colombes à travers ton voile.
Ta chevelure est comme un troupeau de chèvres
dégringolant du mont Galaad
 
Partager cet article
Repost0
13 mars 2015 5 13 /03 /mars /2015 09:47

Un article est paru le 20 février 2015 dans "L'Echo de l'Ouest" (du groupe de presse "Courrier Français"), exprimant la réaction d'un pêtre vendéen à la profanation d'un cimetière juif dans le Bas-Rhin. L'article est intitulé : "L'indignation d'un prêtre vendéen".

Le Père Olivier GAIGNET, auteur de l'article, nous a autorisés à le reproduire sur ce blog. Nous sommes heureux de vous faire part de son "indignation". Le Père Gaignet est quelqu'un de très engagé dans le dialogue judéo-chrétien, et nos amis juifs n'oublient pas que c'est lui, quand il était curé aux Sables, qui avait permis à la communauté juive naissante de se réunir pour le Shabbat dans une salle du presbytère.

Voici donc son "coup de gueule" ou plutôt son appel à un sursaut.

"Va-t-on longtemps encore laisser insulter les Juifs ? Stupeur ce soir à l'annonce de la profanation de près de 300 tombes dans un cimetière juif en Alsace, dans le Bas-Rhin : façon de signifier que les Juifs n'ont pas leur place "chez nous" ! De quoi pleurer ! Ce sont nos frères aînés qui sont ainsi insultés, violés, maudits ; et cela quasiment à notre porte et sous nos yeux ! L'histoire ne nous a-t-elle donc rien appris ? La malédiction du peuple juif serait-elle infinie ? Je ruminais ces tristes pensées tout à l'heure, en priant le psaume 113 qui nous est proposé dans l'office des vêpres de ce dimanche, au bréviaire, en reprenant la prière du psalmiste :

"Israël, mets ta foi dans le Seigneur : le secours, le bouclier, c'est lui ! (...)

Vous qui tremblez devant Yahvé, ayez confiance en lui ;

le secours, le bouclier, c'est lui.

Le Seigneur ne nous oublie pas : il nous bénira !

Il bénira la famille d'Israël (...) Il bénira les petits et les grands..."

Mais quand donc, Seigneur, vas-tu enfin les bénir, tes enfants Juifs premiers-nés ?

Et il m'a semblé entendre Dieu me répondre : "Mais, cher Olivier, ces Juifs ne sont-ils pas tes frères ? Et n'est-ce pas à toi de te porter à leur secours, au lieu d'aller te coucher tranquillement ce soir ?"

Oui, Seigneur, tu as raison : il faut que nous soyons nombreux, plus nombreux que jamais, à nous lever pour nous mettre aux côtés de nos grands frères juifs humiliés. J'entendais à l'instant le représentant de Haïm Korsia, le grand rabbin de France, rappeler que, lorsque 34 tombes juives avaient été profanées à Carpentras en mai 1990, les Français s'étaient levés en masse pour manifester leur solidarité avec la communauté juive, le président Mitterrand étant présent. Souhaitons qu'il en soit encore ainsi aujourd'hui, et que les innombrables "Charlie" n'auront pas déjà tout oublié !

J'avais envie d'intituler ce billet : "Je suis Juif", mais je me suis dit que ce serait peut-être maladroit, sans doute prétentieux, et pas assez universel ! Alors : "Je suis Charlie ?" Pas assez respectueux de nos frères et soeurs musulmans dans ce qu'ils ont de plus sacré, pas assez fraternel. Finalement, je préfère à tout cela l'expression, de type évangélique, de Gandhi, notre maître à tous, parmi les hommes, en fraternité : "Je suis musulman, je suis hindou, je suis chrétien, je suis juif." Puissent tous nos experts en laïcité méditer enfin sérieusement ce projet de vie de Gandhi.

Quant à la mise en oeuvre, la vraie question reste celle que posait Karl Marx : "Qui éduquera les éducateurs ?"

Au boulot !"

Merci, Père Gaignet, de nous pousser à l'action.

 

Vous pouvez aussi retrouver cet article sur le blog du Père Gaignet à l'adresse suivante : http://archenoe.blogspot.fr/2015/02/le-blog-de-larche-de-noe-85-n-1825-va-t.html

 

 

 

Partager cet article
Repost0
6 mars 2015 5 06 /03 /mars /2015 11:01

Akademscope, qui est "l'agenda de tous les événements culturels", proposé par le campus numérique juif Akadem, nous indique chaque semaine une certain nombre de conférences, expositions, concerts, films, émissions de télévision, susceptibles de nous intéresser. Beaucoup d'événements se situent sur Paris, mais par la télévision, nous ne sommes pas trop isolés.

Cette semaine, nous pouvons par exemple suivre à la télévision les émissions suivantes :

- samedi 7 mars 2015 : Documentaire "Simone Weil, l'instinct de vie", sur TV5 Monde à 21 h. 

- dimanche 8 mars : Reportage "Zeruya Shalev à Jérusalem", sur ARTE à 11 h 25

- dimanche 8 mars : Documentaire  "Sorella, une enfant dans la Shoah" sur France 5 à 22 h 20

- mardi 10 mars : Reportage "De tel Aviv à Qalqilya" sur TV5 Monde à 10 h 05

- mardi 10 mars : Documentaire "Opération Barbie" sur ARTE à 22 h 30

- jeudi 12 mars : Documentaire "Au nom de la race et de la science" sur France 3 à 0 h 00

- jeudi 12 mars : Musique "Yael Naïm" sur France 2 à 23 h 15

          sans oublier, bien sûr :

          les émissions habituelles du dimanche :

                sur France Culture (radio) : Talmudiques,  par Marc-Alain Ouaknin à 9 h

                et sur France 2 : Judaïca, avec Maurice-Ruben Hayoun, à 9 h 15

Partager cet article
Repost0
2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 18:06

Dans le programme de l'AJC de Nantes

et en partenariat avec le Centre culturel André Néher (CCAN)

vous est proposée une journée autour de la calligraphie hébraïque.

le 15 mars 2015 au CCAN, 6 impasse Copernic à Nantes

de 10 h 30 à 17 h 30

Elle sera animée par le rabbin Philippe Haddad qui, au cours d'une conférence, commentera la symbolique de la calligraphie hébraïque, et proposera ensuite aux participants de s'exercer eux-mêmes à cet art magnifique, qui donne vraiment du sens à la spiritualité juive.

N'hésitez pas à vous inscrire. Tous les renseignements sur l'affiche ci-dessous.

Journée Calligraphie hébraïque
Partager cet article
Repost0
2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 11:01

Le site de l'Amtié judéo-chrétienne de France nous propose sur POURIM un très beau texte de Anne-Marie Dreyfus, dont on connaît par ailleurs, entre autres productions,  l'excellent ouvrage intitulé "Lexique pour le dialogue".

Nous nous permettons de mettre ce texte à votre disposition, pour entrer dans le sens de la fête de Pourim et la compréhension du livre d'Esther.

"La fête juive de Pourim a lieu cette année le 4/5 mars 2015.
Anne-Marie Dreyfus nous présente cette fête joyeuse et grave à la fois
.

L’histoire d’Esther décrit un exemple d’antijudaïsme politique. Sa rédaction daterait de l’époque des Maccabée (II°s. av. e.c)¹, ce qui peut expliquer l’inclusion du récit des représailles exercées sur les Perses. Ce n’est certes pas à cause de ce dernier épisode que Pourim et le livre d’Esther sont si populaires dans le monde juif (d’où les pourimshpil, pièces parodiques jouées dans les communautés ashkénazes), et s’ils sont aussi une source d’inspiration pour les dramaturges et les cinéastes non-juifs.

 

C’est en jetant les dés du "pour" - c’est-à-dire le « sort » (pluriel : pourim) - que fut décidée, en Perse, la première « solution finale » de l’Histoire juive (V° siècle avant l’ère courante). A la date ainsi dédiée au massacre, le décret exterminateur n’a – finalement - pas été appliqué. La fête de Pourim, le 14 Adar (cette année, le 4/5 mars 2015) commémore ce retournement… du sort. Le livre biblique d’Esther nous en détaille les évènements, au fil d’une histoire toute en rebondissements.

Entre le roi de Perse Assuérus - qui a épousé la belle Esther après le renvoi de la reine Vashti, - et Mardochée, notable juif protecteur d’Esther, se trouve Haman, le puissant vizir. Or Mardochée refuse de s’incliner devant lui, comme le prévoit le protocole, d’où le drame : Haman persuade le roi de se débarrasser des Juifs et de signer l’ordre de les exterminer en un seul jour, joué aux dés - le 13 Adar. Mardochée, mis au courant, demande instamment à Esther – qui n’a pas révélé qu’elle est juive - d’intervenir, arguant que c’est peut-être pour cela qu’il lui a été donné de devenir reine… Entre-temps, Assuérus, lors d’une nuit sans sommeil où il se fait lire les annales, découvre que Mardochée a autrefois éventé un complot et lui a sauvé la vie.

Après trois jours de jeûne, Esther transgresse l’interdiction de voir le roi sans invitation préalable, et se présente devant lui. Loin de la châtier, Assuérus, charmé, va jusqu’à lui offrir la moitié de son empire…. or elle ne demande que la faveur de l’inviter, avec Haman à deux festins successifs. Au cours du premier, le vizir, flatté, est encore plus déterminé à en finir avec Mardochée, et fait dresser une gigantesque potence. Avant le second banquet, Assuérus, pensant au complot déjoué, lui demande quelle récompense conviendrait pour un ami du roi. Haman se croit désigné, et conseille donc une magnifique procession. Et c’est ainsi qu’il se retrouve à parcourir la capitale de l’empire, mais… à pied, en tenant la bride du cheval du roi, que chevauche Mardochée. Au cours du second festin, Esther révèle et son appartenance, et la menace qu’Haman fait peser sur son peuple. Assuérus condamne son vizir à être pendu - au gibet destiné à Mardochée, et nomme celui-ci vizir à la place d’Haman. Muni des pleins pouvoirs, Mardochée fait signer un nouveau décret royal qui autorise les Juifs à se venger, et au jour prévu pour leur extermination - le 13 Adar - ce sont en fait des milliers de Perses qui sont tués. Le lendemain, jour de liesse, Mardochée institue la fête de Pourim pour en faire à jamais un temps de réjouissance, d’échanges de présents alimentaires et de dons aux pauvres. (Est. 9, 20ss).

Dernier à avoir été inséré dans le canon de la Bible hébraîque, le livre d’Esther ressemble, à bien des égards, à un conte oriental. Le cadre en est la cour fastueuse du roi de Perse, avec harem et eunuques, complots et rivalités, danses et festins. Le narrateur brode sur les intrigues de cour et le dénouement semble surgir, derrière une suite de hasards, de l’insignifiance d’une insomnie royale. Dieu n’est nommé à aucun moment. Bien plus, les noms des personnages paraissent tirés de la mythologie babylonienne : Mardochée (Mordehaï en hébreu) évoque le dieu Mardouk, et Esther n’est pas loin de Ishtar - bien qu’elle ait un nom hébreu : Hadassa (Esth 1,7). Si pourtant le livre a été inclus dans la Bible – non sans débat, c’est que son contenu a été interprété comme une suite de péripéties où Dieu choisit d’oeuvrer « en voilant Sa face » (ester panim en hébreu). Les festins et le vin ont une grande place dans l’histoire d’Esther ; les commentateurs en ont déduit qu’il est permis de boire, durant les repas de la fête – jusqu’à ne plus discerner « Maudit soit Haman ! » de « Béni soit Mardochée ! »... Pour anticiper ce temps où ils se seront fondus dans une même joie – messianique ? Tout le sens (ou le non-sens) de Pourim est dans cet amphigouri où l’on ne sait plus qui est élevé et qui est abaissé, où se cachent le bien et le mal, qui est dans joie et qui dans le deuil. La coutume de se déguiser à Pourim serait-elle un rappel de ce jeu de masques ?

Dans le même ordre d’idées, on s’aperçoit qu’à l’inverse de Shavouot où l’on célèbre la Révélation, Pourim paraît fêter une occultation. De même, à Pessah, la maîtrise divine sur les évènements du monde est manifeste ; à Pourim, elle est invisible. Seul livre biblique autre que le Pentateuque à avoir ce privilège, le livre d’Esther est lu ¹à la synagogue dans un rouleau de parchemin - comme la Torah de Moïse. Mais l’attention au texte est autre : à chaque « Haman » prononcé, la lecture publique est ponctuée par une cacophonie de sifflements et de grincements de crécelles qui le masque complètement ! Haman est un descendant d’Amalek (Est. 3,1)... or n’est-il pas prescrit d’ « effacer la mémoire d’Amalek » (Deut. 25, 19), archétype de tous les antisémites ?

L’histoire d’Esther décrit un exemple d’antijudaïsme politique. Sa rédaction daterait de l’époque des Maccabée (II°s. av. e.c) [1] , ce qui peut expliquer l’inclusion du récit des représailles exercées sur les Perses. Ce n’est certes pas à cause de ce dernier épisode que Pourim et le livre d’Esther sont si populaires dans le monde juif (d’où les pourimshpil, pièces parodiques jouées dans les communautés ashkénazes), et s’ils sont aussi une source d’inspiration pour les dramaturges et les cinéastes non-juifs.

Des commentateurs ont mis en parallèle Pourim et... Yom Kippour ! (appelé aussi Yom haKippourim). Effectivement, il y a bien un tirage au sort à Kippour - celui du bouc émissaire. Mais surtout, si Mardochée et Esther montrent ce que sont courage et responsabilité face au mal extérieur - la persécution - Kippour donne le courage et la responsabilité de combattre le mal qui est en nous. C’est pourquoi des sages ont été jusqu’à affirmer que - seules de toutes les fêtes - Pourim et Yom Kippour ne pourront « jamais être annulées » [2].

A-M. Dreyfus

 

[1] Cf II Macchabée 15,36. La victoire sur Nicanor est célébrée le 13 Adar, « un jour avant le jour de Mardochée »

[2] Midrash sur les Proverbes

N'oubliez pas, de temps en temps de vous rendre sur le site de l'AJCF, ce sera toujours pour votre plus grand profit.

 

Partager cet article
Repost0
10 février 2015 2 10 /02 /février /2015 15:57

Dans le cadre de notre programme d'année consacrée aux "Dix Paroles", vous est proposée une conférence, donnée par le

Père Pierre GIBERT, sj,

exégète biblique, ancien directeur de la revue "Recherches de Sciences religieuses"

dimanche 15 février 2015 à 15 h

sur le thème :

"Tu n'auras pas d'autres dieux que moi"

"Tu ne feras pas d'idoles"

La tentation de l'idolâtrie

Précisions sur l'affiche ci-dessous

Conférence &quot;Tu n'auras pas d'autres dieux que moi&quot; Pierre Gibert
Partager cet article
Repost0
25 janvier 2015 7 25 /01 /janvier /2015 08:57

"Journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l’Holocauste et de la prévention des crimes contre l’humanité le 27 janvier.

Pour commémorer le 70e anniversaire de la libération des camps d’Auschwitz, une programmation spéciale, dédiée à la mémoire de l’Holocauste, se décline sur toutes les antennes de France Télévisions."

Pour en prendre connaissance, nous nous permettons de vous renvoyer sur le site de l'Amitié Judéo-Chrétienne de Lyon, où vous trouverez toutes les précisions : notamment sur :

- les émissions de France 2 et d'ARTE,

- le dossier pédagogique de FranceTVéducation,

- l'ensemble des émisssions de télévision entre le 24 janvier et le 5 février

- les clips pédagogiques d'Akadem pour tenter de comprendre l'incompréhensible (par Georges Bensoussan du Mémorial de la Shoah)

- les émissions de radio sur France Inter et France Culture

Pour visionner toute cette richesse documentaire et mémorielle, vous cliquer sur ce lien.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Amitié Judéo Chrétienne de NANTES
  • : Association faisant partie de l'Amitié judéo-chrétienne de FRANCE
  • Contact

Recherche