Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 janvier 2011 4 20 /01 /janvier /2011 18:25

ARTE nous propose demain soir

21 janvier à 23 h 00

un très beau documentaire de Marcus Vetter et Leon Geller.

Le coeur de Jénine

  documentaire bouleversant et plein de dignité,

qui a obtenu le "Cinema for Peace Award" en 2009

et le prix du cinéma allemand en 2010.

 

Présentation :

"Ismaïl n’a pas hésité longtemps. Juste après le décès de son fils de 12 ans, abattu par une patrouille israélienne qui avait pris son arme en plastique pour une vraie arme, un soignant de l'hôpital de Haïfa demande à ce père palestinien musulman s’il est prêt à donner les organes de son fils à des enfants israéliens. Après avoir consulté l'imam et le chef du camp de Jénine, il finit par accepter. Prélevés sur le cadavre du garçonnet qui jouait à la guerre avec un pistolet en plastique, le cœur, les poumons, les reins et le foie permettent de sauver cinq vies. « Je pense que mon acte a déstabilisé les Israéliens », raconte Ismaïl. En 2007, deux ans après la mort d’Ahmed, il décide d’aller rencontrer les familles de trois receveurs : Samah, adolescente druze du nord d’Israël, Mohammed, jeune Bédouin du Néguev, et Menuha, fille de juifs orthodoxes de Jérusalem. Mieux que n’importe quel livre d’histoire, ce témoignage permet de saisir les dimensions et l'absurdité du conflit israélo-palestinien."

Mais pourquoi donc ce genre de document ne passe-t-il pas à une heure de grande écoute ?

Et si le Ministère de l'Education Nationale le proposait dans les écoles ?

 

Vous pouvez-voir la bande-annonce, en anglais, sur Youtube

 


 
Repost 0
19 janvier 2011 3 19 /01 /janvier /2011 17:03

 

Le Centre Culturel André Néher (CCAN)

nous fait part des deux infos suivantes :


1) Atelier de cuisine juive (cuisine de Pologne)

auquel il est prudent s'inscrire

Cuisine juive Pologne

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

2) En partenariat avec le

Centre Culturel Européen

et dans le cadre de la semaine Pologne-sur-Loire,

vernissage de l'exposition de photos de 

Henri-Claude MARCHE

avec  la participation de la Chorale RENANIM

 

Vernissage

Repost 0
17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 23:52

Sur Fidélité à Nantes (103.8)

ou en direct sur le site

http://radio-fidelite.com

 

 

 

cette semaine

 

 

Tou Bichvat

et la mission de l'homme

 

entretien avec

Hervé élie Bokobza  

 

He-Bokobza-1.jpg 

Après des études talmudiques,

Hervé élie Bokobza a publié plusieurs ouvrages 

tels que

"l'Autre, l'image des étrangers dans le Judaïsme"

ou encore le tout dernier paru récemment, 

"1000 merveilles de la Sagesse juive"

il enseigne et donne des conférences 

 

   

Les horaires

mercredi 19 janvier à 11 heures
jeudi 20 janvier à 16 heures
dimanche 23 janvier à 12h30

 

Repost 0
17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 14:00

La Communauté juive fête le 20 janvier (15 Chvat)

la fête de Tou Bi-Shevat

(nouvel an des arbres).

Je vous invite à vous reporter, sur ce blog, à l'excellente présentation  qui vous avait été faite, l'an dernier,

du sens spirituel de cette fête, à l'adresse suivante :

La fête de Tou Bi-Shevat

 

amandier-fleurs

Cette fête ne s'accompagne pas d'obligation particulière. Ce n'est pas un jour chômé. L'usage de Tou bi-Shevat est de consommer des repas de fruits, en commençant par les sept par lesquels la Terre d'Israël est évoquée dans la Torah. On les goûte souvent en respectant l'ordre suivant instauré par les Sages :

  1. le blé (on mange une pâtisserie à la farine de blé, ou du pain)
  2. l'orge (une pâtisserie ou une boisson à l'orge)
  3. l'olive
  4. la datte
  5. le raisin
  6. la figue
  7. la grenade

On a aussi l'habitude de faire planter un arbre aux jeunes enfants. Cependant naturellement, on ne plante pas d'arbre le Shabbat.

Quelques textes pour comprendre d'où vient cette fête instaurée par les rabbins. :

Lév. 19, 23-25 : "Quand vous serez entrés dans le Pays et que vous aurez planté n'importe quel arbre fruitier, vous tiendrez son fruit pour quelque chose d'incirconcis (impur, à ne pas toucher); pendant trois ans, il sera incirconcis pour vous, on n'en mangera pas; la quatrième année, tout son fruit sera consacré au Seigneur dans une fête de louanges; la cinquième année, vous en mangerez; c'est ainsi que votre récolte ira en augmentant. C'est moi le Seigneur votre Dieu."

Dt 8, 7-8 : "Le Seigneur ton Dieu te fait entrer dans un bon pays, un pays de torrents, de sources, d'eaux souterraines jaillissant dans la plaine et la montagne, un pays de blé et d'orge, de vignes, de figuiers et de grenadiers, un pays d'huile d'olive et de miel..."

Mishna Rosh haShana I,1 : "Il y a quatre dates de nouvel an. Le 1er Nissan, c'est le nouvel an des rois et des fêtes de pélerinage. Le 1er Eloul, le nouvel an pour la dîme du bétail [...]. Le 1er Tishri, le nouvel an pour les années, la shmitta (relâche pour la terre, année sabbatique) et le jubilée, pour les récoltes et les légumes [...]. Le 15 Shevat, le nouvel an des arbres."

Rosh haShana 14 a : "Le nouvel an des arbres fruitiers en Shevat, quelle en est la raison : Rabbi Elazar a dit au nom de Rabbi Oshia : c'est parce que la plus grande partie des pluies de l'année sont tombées."

Pour en savoir plus : sur le site "Un écho d'Israël": fête de Tou Bi-Shevat

Repost 0
15 janvier 2011 6 15 /01 /janvier /2011 17:08

Du 7 au 9 janvier le dialogue inter-religions a vécu un moment fort

à l'Abbaye de St Jacut-de-la-mer, dans les Côtes d'Armor,

favorisé par un cadre merveilleux et un temps ensoleillé.

 

Le thème de cette rencontre avait de quoi susciter l'intérêt :

 

Les religions chemins d'humanisation

 

Intervenaient dans ce week-end :

 

Hervé-Elie Bokobza et Michel Berder

Jean-François Petit et Ghaleb Bencheikh

Mehrezia Labidi Maïza et Laurent Klein.

StJacut2011 1 copie

 

Le titre semble provocateur.  Avons-nous donc déjà oublié qu'en déclenchant la seconde guerre du Golfe, Georges Bush parlait de Croisade ? Or les chrétiens du Proche et du Moyen Orient ne demandent aucun privilège, mais seulement qu'on reconnaisse leurs droits de citoyens. N'oublions pas non plus que les croyants de confession musulmane ne sont pas épargnés par le terrorisme et que ce qu'ils réclament c'est plus de démocratie. Existe-t-il donc une autre voie que celles de l'intolérance ou de l'indifférence ?

En tout cas, il y a nécessité urgente d'un changement de regard. Les religions se doivent d'accepter la critique, qui peut les conduire à s'humaniser, d'abord en leur sein, par un travail d'interprétation des textes, et au sein de la société, car la critique ouvre les religions au reste de l'humanité et au dialogue avec autrui.


En ouvrant ainsi, en substance,  le colloque inter-religions, Bernard Stéphan, directeur général des Editions de l'Atelier, invitait les intervenants à échanger des regards croisés sur différents textes des traditions juive, chrétienne, et musulmane et à se poser la question : quelle peut être la contribution des religions à l'humanisation de la société ?

Impossible de rendre compte ici de tous les échanges et de tous les débats. Ce qui est sûr, c'est qu'il a été possible d'échanger, dans la sérénité, la confiance, et sans occulter les différences d'approche.

 

Un vibrant hommage a été rendu au Père Jean-Yves Calvez, cheville ouvrière des rencontres interreligieuses de St Jacut, décédé au retour du colloque de janvier 2010, et à Soeur Marie-Thérèse Le Gallais, décédée en septembre 2010,  qui avait assuré pendant 20 ans la direction de l'Abbaye et avait su lui donner une grande impulsion dans l'accueil et l'hospitalité.

10-01-13 CalvezMTLegallais

Ghaleb Bencheikh a voulu aussi évoquer le souvenir de Mohammed Arkoun, décédé également en septembre. Intellectuel algérien, philosophe et historien de l'islam, professeur émérite d'histoire de la pensée islamique à la Sorbonne, Mohammed Arkoun n'a pas eu en France à sa mort l'hommage qu'il aurait mérité. Il se situait dans la branche critique du réformisme musulman,  Prônant le modernisme et l'humanisme islamique, il a développé une critique de la modernité dans la pensée islamique, et plaidé pour un Islam repensé dans le monde contemporain. Il a souvent été en pointe dans le dialogue interreligieux.

 

Merci à Bernard Stéphan d'avoir assuré l'animation de tous les débats dans la confiance et le dialogue.

 

Pour terminer, et essayer de donner une petite idée de  

qui était Mohammed Arkoun

à ceux qui ne le connaissent pas,

je voudrais citer sa réponse à une question posée

dans "Le Monde" du 6/10/2001

par Patrice de Beer et Henri Tincq :

Arkoun

 

"Q : La violence est-elle consubstantielle à l'Islam ?

"R : Poser ainsi la question est choquant. C'est isoler l'islam de toute la problématique anthropologique de la violence. Bien avant l'intervention de ce qu'on  nomme l'islam, il y avait dans toutes les sociétés primitives des rites sacrificiels, des actes de violence guerrière. Et cela continue dans nos sociétés dites modernes. Or comment expliquer que, depuis la fin de la seconde guerre mondiale, les affrontements soient presque tous mis d'abord en relation avec le djihad islamique ? Comme on parlait de banque islamique, de commerce islamique, d'architecture islamique. A-t-on jamais observé ce phénomène avec le christianisme ou le judaïsme ?

        "J'admets que la responsabilité de cet usage non critique incombe aux musulmans eux-mêmes, qui lient effectivement l'islam aux combats en cours, soit dans les sociétés dites aussi islamiques, soit avec des adversaires désignés par le terme fortement idéologisé d'"Occident". Si des acteurs sociaux dans les pays dits musulmans font des usages doctrinalement infondés de "leur" religion, il appartient à l'analyste et aux observateurs critiques de déconstruire le discours social adressé à l'imaginaire collectif pour le mobiliser dans des luttes dont les enjeux sont exclusivement politiques et sociaux.

        "Les racines du mal relèvent d'une anthropologie plus profonde, dans ce que René Girard a analysé comme une rivalité mimétique autour d'un même capital symbolique. Une rivalité mimétique qui remonte à l'âge de Mahomet et opposait déjà chrétiens, juifs et musulmans naissants autour de trois piliers : le monothéisme, la fonction prophétique, la Révélation. Ce capital symbolique avait déjà été monopolisé pendant des siècles par la Bible hébraïque et par le message de Jésus de Nazareth. Or voilà qu'un troisième acteur surgit et dit que ce qui a été transmis par les précédents prophètes n'est pas complet, que leur message a été altéré. La rivalité mimétique commence par la différenciation : une autre expression du divin surgit, qui concurrence celles qui existent. Sans cette différenciation, il n'y a pas d'islam. Mais cette rivalité engendre de la violence entre les peuples du Livre dès les premiers temps de l'islam.

        "On est en face d'un "triangle" composé des trois forces mobilisatrices que sont la violence, le sacré et la Vérité. René Girard n'a étudié que les rapports entre violence et sacré. Moi, j'ajoute la Vérité. C'est la sourate 9 du Coran qui m'a ouvert les yeux. C'est elle qui justifie le djihad par l'idée de Vérité. C'est au nom d'une Vérité religieuse que j'accepte d'aller au combat et de me sacrifier, que je peux avoir à tuer d'autres hommes. Mais ce triangle anthropologique de la sacralisation de la violence n'est pas propre à l'islam ni à toute vérité religieuse. Elle peut être la Vérité de la Patrie à défendre, comme c'était le cas pour les soldats de la guerre de 1914. Le pouvoir sacralisateur de la réalité religieuse ou de la patrie charnelle, c'est la même chose."

 

pour lire tout l'interview : entretien avec M Arkoun

Repost 0
13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 18:20

Non, il ne s'agit pas des futures élections présidentielles... mais du titre d'un article du Père Michel Remaud, paru le 14 décembre sur le site "Un écho d'Israël", réagissant au document publié en 2009  intitulé "Kairos Palestine : Un moment de vérité..." par un groupe de "palestiniens chrétiens"

 

"Transfert d'élection ?" par Michel Remaud

 

"En décembre 2009, seize personnalités ecclésiastiques de différentes Églises, se présentant comme « un groupe de Palestiniens chrétiens », rendaient public un document désigné par l’expression « Kairos Palestine » et intitulé « Un moment de vérité : Une parole de foi, d’espérance et d’amour venant du cœur de la souffrance palestinienne ».

Pourquoi revenir sur ce document un an après sa publication ? Parce qu’il continue de susciter commentaires et prises de position, et parce qu’il s’inscrit dans un ensemble idéologique s’exprimant encore de diverses manières et où l’on voit apparaître certains thèmes récurrents. On voudrait ici attirer l’attention sur un point caractéristique de cette idéologie, que j’appellerai le transfert d’élection."

 

lire la suite sur le site de "Un écho d'Israël" : www.un-echo-israel.net/Transfert-d-election

où vous trouverez également le document "Kairos Palestine", et quelques commentaires, notamment de l'Amitié Judéo-Chrétienne de France et du Père Jean Dujardin.

 

Repost 0
12 janvier 2011 3 12 /01 /janvier /2011 17:13

Par diverses voies (voix),

vous avez été informés de la formation

qui sera donnée dimanche prochain

16 janvier 2011

 

"Jésus le Rabbi de Nazareth"

Lecture des Evangiles à la lumière de la tradition juive

 

Animation par le Père Philippe Loiseau,

prêtre du diocèse d'Angers

doctorant en exégèse biblique

 

de 9 h 30 à 17 h

au FORT

28 rue du Fort à Nantes.

 

Il est encore temps de s'inscrire.

Contact : 06 22 21 71 54

Ne pas oublier son pique-nique

 

 

Repost 0
10 janvier 2011 1 10 /01 /janvier /2011 14:17

Sur Fidélité à Nantes (103.8)

ou en direct sur le site

http://radio-fidelite.com

 

 

 

cette semaine

 

 

La présence du peuple juif

au coeur de

notre réflexion chrétienne  

 

entretien avec

le Père Jean Massonnet 

 

 

 

jean-massonnetLe père Jean Massonnet est prêtre du diocèse de Lyon.

Il a été le directeur du CCEJ ,

Centre Chrétien pour l'Etude du Judaïsme,

depuis sa fondation en 1990 jusqu'à 2006,

date à laquelle il a pris sa retraite.

 

 

   

Les horaires

mercredi 12 janvier à 11 heures
jeudi 13 janvier à 16 heures
dimanche 16 janvier à 12h30

 

 

 

 

Repost 0
4 janvier 2011 2 04 /01 /janvier /2011 22:03

Sur Fidélité à Nantes (103.8)

ou en direct sur le site

http://radio-fidelite.com

 

 

 

cette semaine

 

 

Après avoir évoqué Boaz

de façon poétique avec Victor Hugo

nous allons rencontrer

 

 Pierre Jouneau, bibliste

 

qui va nous parler du livre de

 

Ruth l'étrangère  

 

 

 

BOAZ 2 

 

 

   

Les horaires

mercredi 5 janvier à 11 heures
jeudi 6 janvier à 16 heures
dimanche 9 janvier à 12h30

 

 

Repost 0
3 janvier 2011 1 03 /01 /janvier /2011 10:33

Le Centre Culturel André Néher (CCAN) nous fait part d'une soirée cinéma israélien

le 19 janvier à 20h30

 

Affiche cinema

Repost 0
AJC de NANTES - dans CCAN
commenter cet article

Présentation

  • : Amitié Judéo Chrétienne de NANTES
  • Amitié Judéo Chrétienne de NANTES
  • : Association faisant partie de l'Amitié judéo-chrétienne de FRANCE
  • Contact

Recherche