Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 décembre 2012 7 16 /12 /décembre /2012 23:01

 

Tous les auteurs ci-dessous ont participé

ou vont participer à l'émission "Juifs & Chrétiens en dialogue"

produite par Fidélité, la radio chrétienne de Loire Atlantique

Ils viennent d'écrire des ouvrages passionnants et je vous les recommande

dans cette période où faire un cadeau est un signe d'écoute de l'autre,

un moment  de partage d'une pensée, d'une réflexion, d'une histoire

qu'un auteur nous propose...

Magda Hollander Lafon dernier livre

      Magda Holllander-Lafon

 "Quatre petits bouts de pain" Ed. Albin Michel

Un livre lumineux, une méditation sur la vie,  

dans lequel Magda nous fait partager sa foi et son espérance après Auschwitz

jean Dujardin 2

Jean Dujardin, oratorien et historien

 "Catholiques et juifs, cinquante ans après Vatican II, où en sommes-nous ?" Ed. Albin Michel

L'auteur fait le point sur ce qui s'est passé entre les juifs et les catholiques. 

En tant que religieux et historien,

ancien secrétaire du Comité Episcopal Français pour les relations avec le Judaïsme,

il a souvent été au coeur des évènements depuis Vatican II

Son étude objective et synthétique nous donne le chemin parcouru

mais aussi celui qui reste à parcourir

A travers Jean

Marie-Hélène Déchalotte

"A travers Jean Une lecture insolite du quatrième évangile" Ed. Mediaspaul

Riche en elle-même, cette étude ouvre de magnifiques perspectives

pour qui veut lire la Parole de Dieu à la lumière de la tradition rabbinique

paroles d'évangile paroles d'Israël

Michel Remaud

"Paroles d'Evangile, paroles d'Israël" Ed. Parole et Silence

Michel Remaud est prêtre catholique

Il dirige l'institut Albert Decourtray à Jérusalem

(Institut chrétien d'études juives et de littérature hébraïque)

Ce livre est constitué de "brefs chapitres

qui invitent les chrétiens à mieux connaître leurs propres origines

et le peuple au sein duquel, d'abord, a été prêché l'Evangile"

aux origines du judaïsme

Julien Darmon et Jean Baumgarten

co-directeurs de l'ouvrage collectif

"Aux origines du Judaïsme" Ed. LLL Actes Sud

Un ouvrage de référence en français

sur la constitution du Judaïsme mais aussi sur l'histoire de la diaspora juive et des juifs

Une somme d'informations, une iconographie soignée

A Hutchings 2

Axelle Hutchings

"Contes des Hébreux, un peuple du Moyen-Orient"   Ed. Actes Sud Juniors

Un très joli livre plein de poésie écrit pour les enfants mais aussi pour les grands

Axelle Hutchings, enseignante, a écrit ce livre

après avoir fait le tour de la Méditerranée pendant un an

Les personnages de la Bible la fascinent et elle prend plaisir à les raconter

 

Et pour finir

Dans la revue "SENS" de l'Amitié Judéo Chrétienne de France

on peut lire un excellent article de

Philippe Loiseau

prêtre et enseignant à l'Université Catholique de l'Ouest

Jésus, Juif pratiquant ?

"Une lecture attentive des Evangiles nous conduit à reconnaître d'une part, que Jésus fut un Juif pratiquant proche du courant pharisien, et d'autre part, que c'est à partir de sa pratique juive qu'il a voulu inscrire sa prédication, sa mission et le dévoilement de son identité singulière." 

Si vous souhaitez recevoir ce numéro de SENS, vous pouvez vous adresser à

Amitié Judéo Chrétienne de France

Tel 01 45 22 12 38

courriel ajcf.contact@gmail.com

site internet  www.ajcf.fr

Très beau Noël à tous !!!!

 

Repost 0
6 novembre 2012 2 06 /11 /novembre /2012 14:03

Le Père Jean Dujardin, venu parler à Nantes, le 23 octobre, de son dernier ouvrage : "Catholiques et juifs : 50 ans après le concile Vatican II, où en sommes-nous ?", a su nous montrer l'importance de la déclaration conciliaire "Nostra Aetate" dans l'évolution des relations entre Juifs et Chrétiens, relations qui se sont développées au fil des années, faisant passer l'Eglise de "l'enseignement du mépris", comme disait Jules Isaac, à une redécouverte de ses racines juives et à une approche renouvelée du judaïsme et des juifs. Il n'a pas caché cependant que le chemin du dialogue est parfois semé d'embûches et que des contentieux et des tensions peuvent toujours surgir, comme ce fut le cas, par exemple, lors de l'affaire du Carmel d'Auschwitz, controverse née de l'installation de religieuses polonaises en 1984 dans un couvent situé dans la zone du camp de concentration d'Auschwitz.. Certains d'entre vous s'en souviennent peut-être.

A ce propos, vient de sortir des Presses universitaires de Louvain, l'ouvrage que Thérèse Hebbelinck consacre à cette affaire :

"L'affaire du carmel d'Auschwitz (1985-1993) 

Implication des Eglises belge et française dans la résolution du conflit".

Carmel Auschwitz

Quatrième de couverture :

"L'affaire du carmel d'Auschwitz - controverse autour de l'installation de religieuses polonaises dans un couvent à proximité du camp d'Auschwitz - se déroula de 1985 à 1993. Cette présence catholique, dénoncée par les juifs, fut vécue par ces derniers comme une ingérence de l'Eglise dans le lieu de leur martyre et fut à l'origine d'une opposition qui ternit les relations entre le monde catholique et le monde juif pendant près d'une décennie. Au coeur du conflit, on retrouve différents aspects qui en firent un enjeu central non seulement pour les relations entre juifs et catholiques mais aussi pour les relations intra-polonaises (entre Eglise et Etat; entre polonais et juifs; entre gauche et droite) ainsi que pour l'histoire du camp d'Auschwitz.

Au départ de sources originales et d'entretiens, ce livre se penche sur cette "affaire" pour mettre en lumière les soubassements des négociations écclésiales (entre les Eglises française, belge polonaise et romaine) tout en développant une réflexion critique autour des enjeux dévoilés lors de la controverse : symbolique du site d'Auschwitz, questions mémorielles, histoire de la Pologne, dialogue entre catholiques et juifs, dysfonctionnement de l'institution écclésiale."

Le Père Jean Dujardin, qui a ouvré à la résolution de ce conflit du début jusqu'à sa fin,  assure la préface de ce livre. Il le présente ainsi :

"En lisant cette étude minutieuse et rigoureuse avec la plus grande attention, j'ai été frappé non seulement par la rigueur de l'analyse dans son déroulement chronologique, mais plus encore par la compréhension profonde, juste et délicate des positions des divers protagonistes du drame, qu'il s'agisse de la délégation juive, de l'épiscopat polonais, des instances romaines et du pape lui-même...

Je pense qu'on découvrira surtout à la lecture de ce travail que, pour progresser, le dialogue entre catholiques et juif ne peut faire abstraction de la mémoire que nous avons les uns par rapport aux autres. Nous nous connaissons mieux, certes, mais nous avons encore besoin de nous connaître dans la profondeur de notre histoire."

 

Thérèse Hebbelinck achève un doctorat en histoire religieuse sur l"Eglise catholique et l'enseignement de l'estime ? Discours sur le judaïsme et relations avec les juifs en Belgique et en France de 1965 à 2000".

Repost 0
26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 11:05

Des réformes sociétales importantes sont annoncées depuis quelque temps, allant de l'élargissement du mariage civil aux personnes de même sexe jusqu'à la possibilité pour elles de recourir à l'adoption.

Ce sont des questions graves  qu'on ne peut éluder d'un revers de manche en se disant que de toute façon les sondages y sont favorables. Cela mérite débat et confrontation d'idées.

La Conférence des évêques de France,Logo Conf evq par l'intermédiaire du "Conseil Famille et Société" a voulu pour sa part "prendre en compte, avec l'aide d'experts, la complexité de la question et fournir des éléments de réflexion abordant les principaux enjeux de la décision envisagée"... "Cette démarche, qui se veut respectueuse des personnes, s'inscrit dans la volonté de l'Eglise de participer au débat public."

Le document, intitulé : "Elargir le mariage aux personnes de même sexe ? Ouvrons le débat", s'articule de la manière suivante :

• Ouvrir un vrai débat (les différentes positions)

• Comprendre la position de l'Eglise catholique (un amour qui donne la vie, la fécondité sociale, l'importance du mariage civil)

• Refuser l'homophobie (le respect des personnes, la lente évolution des mentalités)

• Entendre la demande des personnes homosexuelles (une réalité diversifiée, une demande de reconnaissance, une volonté de gommer les différences, la valeur d'une relation affective durable)

• Connaître les limites du PACS (des différences mal connues, la recherche symbolique)

• Prendre en considération le droit français (la fonction sociale du mariage, la valeur symbolique du don de soi)

• Mesurer les enjeux pour l'avenir (la vie est un don, les deux sexes sont égaux et indispensables à la vie, les droits des enfants, l'utilité sociale)

• Evaluer les conséquences juridiques de la réforme envisagée (le sort de la présomption de paternité, la loi ne doit pas mentir sur l'origine de la vie)

• Conclusion

Vous pouvez trouver cette contribution au débat sur le site de la Conférence des Evêques de France.

Le Grand Rabbin de France, Gilles Bernheim, apporte lui aussi, sa contribution au débat, après avoir pris le temps d'analyser et de décrypter ce qu'il y a de sous-jacent dans la négation de la différence sexuelle dans notre société.

C'est un document d'une remarquable rigueur d'analyse et qui fera certainement référence.

Il est intitulé : "Mariage homosexuel, homoparentalité et adoption : ce que l'on oublie souvent de dire".Mariage homo

Il est organisé en deux parties :

Analyse des arguments invoqués par les partisans d'une Loi

(chaque argument est présenté ainsi : ce que l'on entend, ce que l'on oublie souvent de dire)

 • Le mariage homosexuel au nom de l'égalité ?

  Le mariage homosexuel au nom de la protection du conjoint ?

 • L'homoparentalité au nom de l'amour ?

 • L'homoparentalité au nom de la protection de l'enfant ?

 • L'adoption au nom du droit à l'enfant ?

 • L'adoption au nom des enfants attendant d'être adoptés ?

 • De nouvelles formes d'homoparentalité au nom de l'égalité ?

 • La loi et l'intérêt général à l'épreuve des chiffres

Derrière les arguments, la confrontation de deux visions du monde

 • La volonté des militants LGBT de nier la différence sexuelle

 • La vision biblique de la complémentarité homme-femme

Vous avez accès à ce document important sur le site du Grand Rabbin de France, où vous pourrez le télécharger, ainsi que sur le site de l'Amitié Judéo-chrétienne de France.

Repost 0
21 septembre 2012 5 21 /09 /septembre /2012 13:50

Pour cette rentrée, nous vous proposons

deux ouvrages remarquables, à lire absolument !

 

Catholiques et juifs :

Cinquante ans après Vatican II

Où en sommes nous ?

écrit par le père Jean Dujardin

oratorien et historien

ancien secrétaire du Comité épiscopal français

pour les relations avec le Judaïsme

vice-président de l'Amitié Judéo Chrétienne de France

J Dujardin 2

Cet ouvrage d'une lecture facile

est ainsi présenté dans son introduction par son auteur :

"...comme un essai pour mieux comprendre et participer

aux dialogue entre juifs et catholiques"

Ce livre est une somme d'informations  depuis Vatican II jusqu'à nos jours

Il nous renseigne aussi sur l'attitude des juifs et des catholiques

dans ce nouveau dialogue 

 

 

Le deuxième ouvrage que nous avons retenu est

A travers Jean

Une lecture insolite du quatrième évangile

M H Déchalote 1

Son auteur

Marie-Hélène Dechalotte

a étudié le Judaïsme au

Centre Chrétien d'Etudes Juives de Jérusalem

Elle fait partie du

Service Diocésain des Relations avec le Judaïsme de Nantes

Elle assure de nombreuses formations auprès de laïcs

et religieux en quête d'un approfondissemement 

de la Parole de Dieu éclairée par la tradition rabbinique

 

Sur la quatrième de couverture,

on peut lire deux avis intéressants concernant cet ouvrage :

celui du rabbin Philippe Haddad

"Ce travail sur l'Evangile de Jean, en puisant à la méthodologie du midrash,

est tout à fait remarquable et mérite d'être connu.

En donnant au texte toute sa teneur éthique et spirituelle,

il interpelle autant les juifs que les chrétiens."

ainsi que l'avis de Mgr Francis Deniau, évêque émérite de Nevers :

"L'ensemble m'a ouvert de nouveaux horizons de lecture dans l'évangile de Jean" 


Repost 0
29 mars 2012 4 29 /03 /mars /2012 17:18

Le 15 septembre dernier, nous vous présentions le roman de Claire Daudin : "Mon roman juif" qui venait de paraître. Vous pouvez en lire la recension icimon roman juifLe rendez-vous de Moissac

Nous avons demandé à Claudine Cesbron, responsable du Service diocésain de Documentation et d'Information (que nous remercions), de nous donner son sentiment à la lecture des deux derniers ouvrages de Claire Daudin, "Le rendez-vous de Moissac" et "Mon roman juif", le premier éclairant l'autre de manière singulière.

"Mon roman juif" / "Le rendez-vous de Moissac"

"J'ai rencontré ces deux livres l'un après l'autre. Le roman a été un premier "coup de poing". "Un nouveau monde, tout autre, se découvre à mesure qu'Olympe lit. Une histoire qu'elle n'a jamais apprise, dont elle ne connaît que le point final." Je me suis complètement identifiée à l'auteur, avec son écriture en finesse, dans ce monologue intérieur, entre rêve et imagination, faits historiques et interprétation. Pendant mes études au lycée, j'ai appris l'histoire de cette seconde guerre mondiale et de la terrible Shoa, mais je n'ai rien appris sur ce peuple, ces hommes, ces femmes, leur vie, leur culture, leurs racines, leur foi. Et le chemin que Claire Daudin nous propose est justement là : aller à la rencontre de ces hommes et ces femmes, à travers le personnage d'Ariel, puis des justes de Moissac. D'autre part, elle nous invite à appréhender ce silence entre les fugitifs et les natifs. Un lourd silence. Dans "Le rendez-vous de Moissac", elle cherche, elle essaie de comprendre cette distance entre sa famille, catholique et ce refuge ouvert par Shatta et Bouli (d'abord pour abriter des louveteaux juifs parisiens, puis les fils et filles  des juifs d'Europe centrale fuyant l'hégémonie nazie). Elle s'interroge et elle nous interroge : jusqu'où cherchons-nous ? Au delà de l'émotion qu'elle a suscitée en moi, n'est-ce pas un chemin qu'elle propose pour aller à la rencontre de l'autre, mon frère en humanité, celui qui est attaqué, pourchassé, exclu. Elle offre un pont entre les peuples, d'abord par la rencontre entre les personnes. Travail de mémoire toujours à recommencer,  à continuer, à initier."

Claudine Cesbron

"Le rendez-vous de Moissac" est d'abord paru sous le titre "Les maisons de Moissac" dans le.numéro 35 (juin 2010) de l'excellente revue "Chemins de dialogue", revue théologique et pastorale sur le dialogue interreligieux, fondée  par l'Institut de sciences et théologie des religions (ISTR) de Marseille (département de l'Institut catholique de la Méditerranée).

Repost 0
21 mars 2012 3 21 /03 /mars /2012 16:39

Pour présenter le dernier livre "Quatre petits bouts de pain.Des ténèbres à la joie" de Magada Hollander-Lafon (dont vous trouverez quelques éléments biographiques à la fin de cet article), nous vous proposons un texte magnifique de Maddy Verdon, présidente de l'AJC Nantes.

"A Magda...

Quatre petits bouts de pain...voilà le cadeau que Magda Hollander-Lafon nous fait en publiant son dernier livre qui porte ce titre.

Un cadeau magnifique débordant de vie mais aussi de joie et d'amour.

Elle a connu l'enfer à Auschwitz. Quatre petits bouts de pain lui ont été donnés là-bas par une mourante. "Prends. Tu es jeune, tu dois vivre pour témoigner de ce qui se passe ici. Tu dois le dire pour que cela n'arrive plus jamais dans le monde" et Magda d'ajouter "J'étais très jeune, je me suis sentie dépassée par ce geste et par la charge qu'il sous-tendait"

Pourtant, ce geste a fait d'elle un messager d'espérance et d'appel à la vie auprès de tous ceux qui l'approchent, de la jeunesse en particulier.

Dans son dernier très beau livre, elle nous parle avec délicatesse de ce qu'elle a étouffé pendant si longtemps. Livre de souvenirs apaisés, livre de méditation, livre de louange à ce Dieu qu'elle a rencontré après Auschwitz mais n'était-il pas près d'elle, malgré tout, pendant la nuit du camp, ce Dieu qui souffre aussi, impuissant semble-t il, devant la folie des hommes.

Voilà ce que Magda écrit à ce sujet :

"Mon origine est de Toi. Ma naissance se fait au jour le jour à Toi.

Mon père était juif, ma mère était juive. La vie a tranché le cordon; elle m'a trempé dans un bain de cendres, dans un océan de larmes, de cris, de sang. 

Personne n'est venu me laver, me lever, m'envelopper de son regard. Personne ne s'est penché sur moi, sur nous, lorsque nous tombions dans le brasier de l'enfer, allumé par Tes créatures en fureur, anges aux ailes noires. 

Nous étions jetés dans la terre, dans l'eau, dans l'oubli, pour que personne ne se souvienne de nous.

La terre nous absorbait, l'eau nous charriait.

Silencieusement, Tu as regardé Ton peuple se réduire en poussière.

Mon cœur s'est fermé comme une pierre tombale. 

Je me suis révoltée contre Toi, sans Te connaître, devant Ton aveuglement, devant Ta surdité, devant Ta création à l'envers. 

Aujourd'hui, j'entends encore la tornade de gémissements Te louer, T'implorer, T'appeler par ton nom avant de se laisser consumer.

A quatre vingt quatre ans, Tu m'invites à accueillir ces millions d'innocents qui, aujourd'hui, partagent Ta Gloire. 

Je quête Ton regard, Dieu du jour et de la nuit.

J'y dépose ces milliers de soleils brûlés.

Que je puisse T'offrir ces braises ardentes enfin délivrées. "

Magda, chacune de nos rencontres est pour moi un soleil, une explosion de vie, une bouffée d'espérance et je remercie Dieu de t'avoir mise sur mon chemin.

Je souhaite comme toi, à propos de l'amour "rester jusqu'à la fin de mes jours une fervente apprentie" 

Merci Magda

Maddy Verdon 

Vous pouvez trouver le dernier ouvrage de Magda Hollander-Lafon

dans toutes les librairies

"Quatre petits bouts de pain - Des ténèbres à la joie"

aux éditions Albin Michel – Prix : 13 € 

 quatre petits bouts de pain             

Juive Hongroise, Magda Hollander Lafon avait 16 ans quand elle a été déportée avec sa mère et sa jeune sœur. Fin mai 1944, le convoi de déportés hongrois dont elles faisaient partie arriva à Auschwitz Birkenau. Sa mère et sa sœur furent sélectionnées immédiatement pour la chambre à gaz. Quant à elle, elle fut retenue "apte pour le travail" grâce à la complicité d'un prisonnier qui lui souffla "Tu as dix huit, tu as dix huit ans..." Elle passa d'un camp à l'autre, d'un travail éprouvant à un autre dans des conditions inhumaines.

Son cauchemar cessa en avril 1945 mais un autre commençait : comment prendre une place dans une société inconnue, dans un pays inconnu dans un monde en plein déni à propos du sort subi par les six millions de juifs assassinés par les SS

Et pourtant... à force de courage et de ténacité, Magda va s'insérer dans la société belge où elle va étudier puis travailler auprès d'enfants pendant une dizaine d'années.

Elle va rencontrer Dieu, devenir catholique, se marier. Elle va donner la vie à quatre enfants.

Aujourd'hui, à quatre vingt quatre ans elle ne cesse de tout faire pour envoyer tous ceux qu'elle rencontre, les jeunes en particulier, à la vie, à leur propre vie avec toute l'espérance qui est la sienne.

Elle habite Rennes et participe à de nombreuses rencontres, avec les jeunes dans les écoles mais aussi, rencontres avec d'autres publics, avec des chrétiens, des juifs... Elle se définit elle-même comme "une juive baptisée".

Elle a écrit un autre livre "Souffle sur la braise".

Repost 0
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 16:30

A l'occasion de la sortie de son dernier livre "Quarante méditations juives", Gilles Bernheim, Grand Rabbin de France avait été interviewé par l'Express.

L'entretien est toujours disponible sur le site de l'Express. Il commence ainsi :

"En exergue de votre dernier livre, Quarante méditations juives (Stock), on peut lire un verset du Deutéronome : « Car cette loi que je t’impose en ce jour, elle n’est ni trop ardue pour toi, ni placée trop loin »… Notre époque paraît pourtant si éloignée de cette « Loi ». Pourquoi avoir choisi cette parole ?

Nous vivons dans des sociétés perçues comme très éloignées de la loi biblique et où, précisément, la vie religieuse paraît devoir se faire dans la confrontation et l'antagonisme aux valeurs de ces mêmes sociétés. Comme si toute forme de réappropriation du religieux ne pouvait se faire que dans un arrachement, dans une projection vers un futur idéalisé qui gomme conjointement le présent et le passé. C'est la raison pour laquelle cette citation biblique est si précieuse, parce qu'elle nous rappelle ce que doit être la proximité, l'humanité de la Loi; et aussi l'urgence de la vivre dès maintenant et au quotidien."

Vous pouvez lire la suite de l'entretien sur "lexpress.fr".

Mais vous pouvez aussi retrouver la présentation qui en est faite sur Akadem, surtout si vous avez manqué l'émission de Josy Eisenberg sur France 2, le dimanche matin, qui a invité plusieurs fois Gilles Berheim à parler du contenu de son livre

Un excellent article de "La Croix", sous la plume de Martine De Sauto, peut aussi vous donner l'envie de lire ce livre. Il se termine ainsi :

"Gilles Bernheim souhaitait que son livre, qui s’ouvre par un verset du Deutéronome (Dt 30,11-14) pour rappeler ce que doivent être "porteur de vie", qu’il soit cet "acte d'amitié par lequel les humains se parlnt pour se donner, de l'un à l'autre, des mots qui aident à vivre, des mots porteurs de sens". Et surtout, qu’il soit un « vrai » livre, simple mais dense, dont la brièveté recoupe la diversité de nos expériences. De toute évidence, il y est parvenu. Gilles Bernheim a l’art de dire beaucoup en peu de mots. Et de le dire bien."


Repost 0
15 septembre 2011 4 15 /09 /septembre /2011 15:30

 Je viens de terminer la lecture du roman de Claire Daudin : "Mon roman juif", et je me fais un plaisir de vous le proposer.

  mon roman juifClaire Daudin, ancienne élève de l'Ecole normale supérieure,  a reçu le Grand Prix catholique de littérature 2010 pour un premier roman, intitulé 'Le Sourire'. Ce deuxième roman, "Mon roman juif", qui campe la rencontre entre un jeune juif mystérieux et une sage jeune fille issue de la vieille chrétienté française, est paru au Cerf en 2011.

Disons-le tout net : c'est un roman étrange, où sont comme enchâssés des récits de rêves et des souvenirs issus de lectures ou de mémoire générationnelle. Mais c'est aussi un récit poétique et il faut accepter de se laisser porter par son souffle lyrique qui nous entraîne dans des lieux, des époques et des rythmes différents. On découvre alors la profondeur de la rencontre entre deux univers trop longtemps séparés.

On a le sentiment, et ce n'est pas nous qui allons le regretter, que l'auteur catholique laisse libre cours à sa "fibre juive", en écho peut-être à la phrase de Jean-Paul II adressée à la communauté juive en 1986 : "Vous êtes nos frères et, dans un certain sens, nos frères aînés."

Voici comment Claire Daudin présente son roman

« Il y a des rendez-vous manqués, des rencontres qui n’ont pas lieu dans l’Histoire, ou seulement sous la forme de la persécution. Mais dans le livre, tout est possible, et c’est pour cela que j’écris. C’est pour cela que, moi la chrétienne, j’ai écrit Mon roman juif, où des univers qui s’étaient ignorés jusqu’aux temps de mes grands-parents se rejoignent en la personne de mes héros, Ariel et Olympe, chacun invitant l’autre à le suivre, à le connaître, à le reconnaître dans sa différence et sa proximité. »

Présentation de l'éditeur :

« Tu me l'as dit un jour, sans crier gare. Je ne me souviens pas de tes mots ; on allait vers le printemps, il faisait clair dans la pièce au plafond haut. Tu me l'as dit entre deux cours, nous étions seuls dans la salle vide. Tu ne t'es pas attardé, tu me l'as dit comme en passant. Pourtant tu me l'as bien dit, à moi, dans cette salle du lycée où nous étions assis l'un près de l'autre, et je ne t'ai pas répondu. Tu m'as dit que tu étais juif. »
« Mon roman juif », ma romance, ma belle histoire. Celle de deux adolescents qui n'auraient pas dû se rencontrer. Olympe, issue de la vieille chrétienté française ; Ariel, survivant qui s'ignore d'un monde anéanti, le « shtetl » polonais. Chacun est pour l'autre une incitation au départ. Pour l'autre, chacun va quitter la maison de ses pères, « vers un pays que je te montrerai ». De la montagne Sainte-Geneviève aux faubourgs de Lublin, des versions latines aux récits hassidiques, Olympe se lance à la poursuite de l'ami énigmatique, le garçon qui marchait trop vite dans les couloirs du lycée. C'est à Moissac qu'Ariel, par un étrange détour, trouvera le secret de ses origines. Sous le regard de Jérémie, le prophète sculpté dans la pierre, les retrouvailles prévues par le Ciel seront-elles célébrées, en dépit des rendez-vous manqués de l'histoire ?
Récit poétique où s'entrelacent visions oniriques et souvenirs de lectures, « Mon roman juif » traverse les générations, les frontières, les mondes, pour ouvrir un espace où ce qui était séparé se rejoint, ceux qui étaient perdus se retrouvent et s'unissent « sous le ciel tendu comme un dais ».
  

Bonne lecture, si le coeur vous en dit.  Vous ne le regretterez pas.

 Piere JOUNEAU 

 

Repost 0
9 mai 2010 7 09 /05 /mai /2010 18:29

 

Cette fin de semaine, l'Amitié Judéo-Chrétienne de France nous a fait prendre connaissance d'un article remarquable écrit par le père Alain-René Arbez qui est prêtre catholique dans une paroisse proche de Genève et qui par ailleurs, est responsable des relations avec le Judaïsme en Suisse.

 

Cet article est paru sur le site "d'un Echo d'Israël"

 

Son titre

 "Ce que les chrétiens doivent à leurs frères aînés"

 

 

Nous vous le recommandons vivement. Il vous suffit de cliquer sur le lien ci-dessus

 

Repost 0
9 avril 2010 5 09 /04 /avril /2010 17:07

 

la-croix.jpg

 

Le Journal La Croix de samedi 10 et dimanche 11 avril propose un dossier très intéressant à propos des chrétiens et du peuple de la Première Alliance, autrement dit du rapport entre chrétiens et juifs.

 

Sont posées des questions telles que :

- l'Ancienne Alliance est-elle révolue ?

- Pourquoi parle-t on d'Ancienne et de Nouvelle Alliance ?

- Les chrétiens doivent-ils attendre la conversion de juifs ?

et bien d'autres questions brûlantes...

Les deux journalistes ont interviewé Soeur Dominique de la Maisonneuve (de la congrégation de ND de Sion) et le père Rafic Nahra (responsable du département "Christianisme et Judaïsme aux Bernardins) 

 

On trouve aussi dans ce dossier des extraits des grands textes du magistère, depuis Vatican II, à propos des relations entre juifs et chrétiens.

 

Un dossier à lire et à garder .....

 

 

 

Repost 0

Présentation

  • : Amitié Judéo Chrétienne de NANTES
  • Amitié Judéo Chrétienne de NANTES
  • : Association faisant partie de l'Amitié judéo-chrétienne de FRANCE
  • Contact

Recherche