Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 mai 2013 4 09 /05 /mai /2013 10:56

La série israélienne 'Hatufim (kidnappés) qui a inspiré “Homeland” arrive ce soir sur nos écrans pour  une série de 5 fois 2 épisodes. Elle raconte les difficultés du retour au pays de soldats, qui ont été retenus en captivité pendant 17 ans (syndrome post-traumatique des prisonniers de guerre). C'est un sujet très brûlant en Israël : le retour des prisonniers de guerre.

"Plus forte audience de tous les temps en Israël pour une fiction télé"

Tous les jeudis à partir du 9 mai sur Arte.

"Joliment réalisés, commente Télérama, les deux premiers épisodes se concentrent sur les scènes familiales, sans jamais tomber dans la mièvrerie. Ils n'oublient toutefois pas l'inquiétante question qui constitue le cœur de Homeland et qui, ici, montera en puissance dans les épisodes suivants : derrière leur air craintif et maladroit, les soldats Nimrod et Uri seraient-ils devenus des taupes à la solde de l'ennemi ?"

En savoir plus : site de l'AJCF

site de Télérama : www.telerama.fr

site d'ARTE

 

Repost 0
4 mars 2013 1 04 /03 /mars /2013 16:03

Si vous avez l'avantage de bénéficier de la chaîne KTO (notamment par une box télé), vous avez encore une chance de pouvoir regarder le documentaire intitulé :

 Une main pour la Paix : Pie XII et l’Holocauste.

Après déjà plusieurs passages la semaine dernière,

il repassera demain mardi 5 mars à 13 h 15 sur KTO.

KTO le présente ainsi : "Ce documentaire est une contribution importante au vif débat entourant la papauté de Pie XII en temps de guerre. A travers les points de vue de spécialistes (Sir Martin Gilbert, Peter Grumpel, Soeur Margherita Marchione...), ce film saisissant explore les choix difficiles auxquels a fait face Pie XII au cours de la seconde guerre mondiale et fournit des preuves convaincantes que son action audacieuse a sauvé des milliers de juifs."

Repost 0
29 octobre 2012 1 29 /10 /octobre /2012 16:47

Ce soir 29 octobre 2012 à 23 h 05,

France 3 diffuse un document intitulé :

Ce qu'ils savaient.

Les Alliés face à la Shoah

"Sur des commentaires de Jeanne Balibar et Stanislas Nordey. Les informations dont disposaient les Alliés sur l'holocauste pendant la Seconde Guerre mondiale auraient-elles pu sauver une partie des juifs européens des nazis ? Sur la base des révélations issues de documents déclassifiés, Virginie Linhart dévoile les choix et les motivations qui guidèrent Roosevelt, Churchill, Staline et De Gaulle pour sauver le monde du désastre tout en négligeant la question juive. Pendant des décennies, le monde a retenu une image : celle du général Eisenhower découvrant l'horreur des camps de concentration le 12 avril 1945 à Ohrdruf. Avec l'ouverture d'une partie des archives de la Seconde Guerre mondiale au cours des années 1990, il est impossible de dire qu'on ne savait pas." (Telerama)

Repost 0
16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 17:14

      Après la conférence de Nathalie Zajde sur "Les enfants juifs cachés en France pendant la Shoah - Métamorphoses de l'identité", voici une émission de télévision sur ARTE, dans la série "Géopolitique et histoire", qui a pour titre :

Destins d'enfants juifs et de leurs sauveurs

Elle a déjà été diffusée le 5 juin 2012. Mais elle repassera

le vendredi 22 juin de 5 h 00 à 6 h 00 sur ARTE

C'est tôt, mais n'hésitez pas à l'enregistrer !

"Je me sens comme l'oiseau chanteur dont on a brutalement arraché les ailes et qui, dans l'obscurité totale, se cogne contre les barreaux de sa cage trop étroite. 'Sortir, respirer et rire', entends-je crier en moi." - Ainsi Anne Frank décrit-elle en 1943 son expérience d'enfant juive cachée pour échapper à la traque des nazis. Dénoncée, elle mourra en 1945 à Bergen Belsen. Si Lore Baer est encore en vie, elle le doit aux paysans hollandais à qui ses parents la confièrent à l'âge de 5 ans avant de plonger eux-mêmes dans la clandestinité. "Mes parents m'ont abandonnée. Pourquoi ? Qu'ai-je fait de mal ?" , se demande-t-elle aujourd'hui encore. Lorsqu'ils voulurent la reprendre après la guerre, Lore refusa pourtant de les suivre. Et s'en veut toujours. Beaucoup d'émotion aussi dans le récit d'Eva Kuper, Canadienne d'adoption. Après plus de soixante ans, elle vient de retrouver la religieuse qui l'a sauvée en la cachant dans un couvent près de Varsovie quand elle avait 3 ans. La Française Rosette Wielblad, qui a passé des années à fuir de cachette en cachette et dont les parents sont morts à Auschwitz, ne peut quant à elle se défaire du sentiment qu'elle n'a toujours pas réussi à trouver un lieu où elle se sente vraiment chez elle.

(Allemagne - 2009 - 52')

Repost 0
29 mai 2012 2 29 /05 /mai /2012 18:12

Le CCAN (Centre Culturel André Néher)

6 impasse Copernic à NANTES

nous propose 

jeudi 31 mai 2012

à 20 h 30

une rencontre avec le cinéma israélien

grâce au film de Igaal Niddam

DAN ET AARON Dan et Aaron1

"Deux frères que tout sépare, sauf le fait d'être nés juifs, se retrouvent en Israël après des années de silence. Dan, qui a choisi le monde du travail et de la terre, vit avec sa famille, dans un kibboutz au sud d'Israël. Aaron, son frère, docteur en droit et en philosophie, grand érudit de la Torah, arrive des Etats-Unis à Jérusalem pour défendre les droits des étudiants de la Torah. Le conflit qui va les opposer reflète une société en mutation, déchirée entre ses croyances religieuses et ses convictions politiques. Dan et Aaron, à l’image de leur pays, s’aiment avec pudeur; ils vont se battre avec passion."

Repost 0
9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 15:22

 

Le cinéma israélien à l’honneur sur ARTE,

  ce mercredi 9 mai à 23h35

  avec "Tu n’aimeras point" de Haim Tabakman.

Pour son premier film, Haim Tabakman réussit par la seule force de sa mise en scène à évoquer le conflit inexpiable qui se joue en Aaron, aussi sincère dans sa foi que dans sa passion pour Ezri.

Subtilement et presque sans paroles, grâce aussi à ses formidables interprètes, il nous fait ressentir chacune des émotions de cet homme coupé en deux, obligé de choisir entre deux univers irréconciliables, mais pour lui essentiels. Une parabole bouleversante dans sa simplicité.

L’histoire :

Aaron est un membre respecté de la communauté juive ultra-orthodoxe de Jérusalem. Marié à Rivka, il est le père dévoué de quatre enfants.
Cette vie en apparence solide et structurée va être bouleversée le jour où Aaron rencontre Ezri.
Emporté et ému par ce bel étudiant de 22 ans, il se détache tout doucement de sa famille et de la vie de la communauté. Bientôt la culpabilité et les pressions exercées par son entourage le rattrapent, le forçant à faire un choix…

Sortie au cinéma le 02 Septembre 2009
Réalisé par Haim Tabakman
Avec Zohar Strauss, Ran Danker, Ravit Rozen
Film français, allemand, israélien.
Genre : Drame
Durée : 1h 30min.
Année de production : 2009
Titre original : Einaym Pkuhot

 

Repost 0
29 janvier 2012 7 29 /01 /janvier /2012 11:04

Birobidjan, Birobidjan !

Aujourd'hui 29 janvier à 22 h 05

sur France 5          

Documentaire de 52' écrit et réalisé par Marek Halter

Enfant d'une Atlantide disparue, le monde yiddish, Marek Halter découvre un jour qu'un ilot de ce monde existe encore, comme l'écho lointain d'une civilisation blessée... en Sibérie. A une heure de la frontière chinoise, le long du fleuve Amour, subsiste la région autonome juive établie par Staline en 1932 : Birobidjan. Le yiddish y est la langue officielle enseignée dans les écoles.

Ce documentaire retrace le passionnant voyage d'un homme dans sa mémoire. Chemin faisant, on découvre le monde de son enfance et les raisons qui ont amené Staline à proposer aux Juifs, quinze ans avant la proclamation de l'Etat d'Israël, une patrie en Sibérie. Ce film nous emmène également dans le Birobidjan actuel. On apprend, surpris et fasciné, que, là-bas, en Extrême-Orient, quelques juifs nourrissent toujours le projet d'une république yiddish...

Vous pouvez aussi lire sur le site de l'AJC Lyon l'article consacré à ce thème.

Repost 0
18 janvier 2012 3 18 /01 /janvier /2012 17:05

A l'occasion de la Journée internationale à la mémoire des victimes de la Shoah le 27 janvier (libération des camps d'Auschwitz-Birkenau), la télévision difuse plusieurs émissions intéressantes.

Pour ceux qui ne l'auraient pas vu et désireraient le faire, et pour ceux qui désirent le revoir,

France 3 diffuse demain soir 19 janvier à 20h 40

le film de Steven Spielberg :

"La liste de Schindler" (1994),

que le site de Télérama présente ainsi : 

"Oskar Schindler, un industriel allemand, a parfaitement compris, en 1939, que l'occupation de la Pologne pouvait lui procurer de réelles occasions de s'enrichir. Il prend donc la direction d'une fabrique d'articles de cuisine, devient le fournisseur de l'armée allemande et prospère en effet. Tandis qu'il fréquente assidûment les nazis de Cracovie, dont la camaraderie est essentielle à ses affaires, il embauche, sur les conseils de son comptable, Itzhak Stern, des travailleurs juifs. Peu à peu, au contact des uns et des autres, il prend conscience de la barbarie du régime qu'il sert et de la terrible menace qui pèse sur ses ouvriers. Le collaborateur insouciant va brusquement basculer dans la résistance..."

Et préparons déjà la semaine prochaine :

France 2 propose le 22 janvier à 20 h 35

"Les Insurgés"

d'Edward Zwick 2008 avec D. Craig

Durant la Seconde Guerre mondiale, quatre frères fuient la Pologne occupée pour se rendre dans la forêt biélorusse. Accompagnés d'un groupe de Juifs, ils s'allient alors aux forces de la résistance russeL'histoire vraie de trois frères résistants qui sauvèrent plus d'un millier de juifs en Biélorussie.

France 2 diffusera le 24 janvier à 22 h 45 :

"Album(s) d'Auschwitz" (inédit,  2011)

de William Karel et Blanche Finger.

"Pendant la Seconde Guerre mondiale, l'armée allemande met à disposition de ses soldats des albums photo afin qu'ils puissent y coller leurs souvenirs de guerre. Dans les unités combattantes et les camps de concentration, des services photographiques sont mis en place. L'album de Karl Höcker, un officier SS du camp de concentration d'Auschwitz, a été retrouvé en 2007. Il montre certains des principaux protagonistes de la politique génocidaire dans des instants de détente. Parallèlement, un autre album, récupéré en 1945 par Lili Jacob, une jeune rescapée du camp, témoigne des dernières heures d'un convoi de juifs hongrois avant leur mort dans les chambres à gaz. "

Ce documentaire sera suivi d'un autre, réalisé par Virginie Linhardt (rediffusion 2010)

France 2 le 25 janvier à 0h05

"Après les camps, la vie..."

   "Pour les survivants juifs des camps d'extermination nazis, le retour en France, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, fut une épreuve difficile, qu'il est encore aujourd'hui difficile d'appréhender. Comment renouer avec le fil d'une vie interrompue dans une telle violence ? Comment se reconstruire alors que toute sa famille a été tuée ? Pour la première fois, des survivants racontent ce que fut leur vie après les camps, s'aidant d'archives personnelles extraites de leurs albums de famille. Avec les récits, entre autres, de Simone Veil, Marceline Loridan-Ivens, Dora Golan-Blaufoux, Ady Fuchs ou encore Charles Baron."

Ce documentaire repassera, toujours sur France 2, le 29 janvier à 4 h 45

Repost 0
8 décembre 2011 4 08 /12 /décembre /2011 17:44

 FRANCE 2

vendredi 9 décembre

à 20h35

  Une enfance volée : l'affaire Finaly

Délicat problème pour l'Eglise catholique que cette institutrice qui, ayant caché pendant la guerre deux enfants juifs, non seulement ne veut pas les rendre à leur famille mais qui plus est, les fait baptiser avant que s'enclenche un processus judiciaire.

  Le film est, bien sûr, une fiction, qui fait preuve d'un certain nombre d'inexactitudes aux dires des spécialistes , mais il est intéressant dans sa chronique de la société française d'après-guerre, et il rappelle clairement l'attitude ambiguë de l'Eglise catholique à cette époque.

Repost 0
23 février 2011 3 23 /02 /février /2011 15:21

Si vous ne l'avez pas vu, n'hésitez pas à regarder demain soir

24 février à 20 h 40

sur ARTE

un très beau film  

Va, vis et deviens

Va, vis et deviens est un film  franco-israélien de Radu Mihaileanu sorti en 2005.

 

En 1984, une mission américano-israélienne, l'opération Moïse, rapatrie les Juifs noirs d'Éthiopie, (les Falashas) en Israël. Dans un camp de réfugiés, au Soudan, une mère, chrétienne, pousse son fils à se faire passer pour Juif, afin de survivre. Cette séparation poussera le jeune enfant à mentir sa vie durant. Ni Juif, ni orphelin, il sera intégré dans une famille israélienne avec ce double malaise, celui, d'une part, de sa mère qui lui manque, et, d'autre part, des racines qu'il a perdues.

 

Ce film repose sur l'histoire vraie des Falashas qui, immigrés en Israël, éprouvent beaucoup de difficultés à se faire accepter malgré leurs efforts, illustrés dans le film par la rapidité avec laquelle le petit Schlomo apprend l'hébreu ainsi que le français (langue maternelle de la famille qui l'adopte) tout en conservant sa propre langue l'amharique, une des principales langues de l'Ethiopie. Le rejet de cette nouvelle communauté est à la fois dû à la couleur de leur peau et aux difficultés du rabbinat ashkénaze à reconnaître leur judéité, aux moins pour certains d'entre eux. Le film montre également les tensions entre Israéliens et Palestiniens, ainsi que les espoirs de paix entre Yitzhak Rabin et Yasser Arafat. À travers ce film, on découvre également le travail dans un kibboutz, le quotidien durant la Guerre du Golfe.

Radu Mihaileanu a également réalisé un documentaire en 2007, Opération Moïse, sur le même sujet.

Repost 0

Présentation

  • : Amitié Judéo Chrétienne de NANTES
  • Amitié Judéo Chrétienne de NANTES
  • : Association faisant partie de l'Amitié judéo-chrétienne de FRANCE
  • Contact

Recherche