Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 mai 2015 6 23 /05 /mai /2015 15:20

La Communauté juive et la communauté chrétienne

célèbrent une fois encore la même semaine et le même jour

la fête juive de Chavouot (fête des semaines)

le 24 mai (la célébration commence samedi soir 23 mai)

et la fête chrétienne de la Pentecôte

dimanche 24 mai.

Chavouot est l'une des cinq fêtes prescrites par la Tora. La Tora enseigne que Chavouot se célèbre 49 jours après Pessah afin de marquer le moment du don de la Tora sur le mont Sinaï. Ainsi, comme l'enseigne la  tradition, sept semaines (chavouot) après la sortie d'Egypte et l'invention de la liberté, Dieu se révéla à son peuple sur le mont Sinaï pour lui donner la Loi. Aux yeux et aux oreilles de tous, les Dix Commandements (les "Dix Paroles") furent annoncés et l'alliance entre Dieu et les enfants d'Israël scellée.

ChavouotC'est aussi la "fête des moissons", où l'on apportait au Temple de Jérusalemn les prémices de sa récolte, ce qui explique en partie la lecture de la mégillah de Ruth pendant les offices de Chavouot. Ruth se passe en effet pendant la moisson des orges et des blés. Mais, plus important sans doute, si on lit Ruth à Chavouot, c'est peut-être parce que le livre de Ruth nous invite à une relecture de la Tora moins étroite, plus ouverte : Ruth nous pousse à redécouvrir que l'essence même de la Tora, c'est l'amour (hésed), la bonté, la fidélité, la bienveillance. Parce que la hésed, c'est un mouvement d'amour et de compassion qui va bien au-delà de tout ce qui peut être attendu. Sans hésed, tout est bloqué dans le livre de Ruth. Avec la hésed, tout devient possible ; et l'étrangère, fille d'un peuple honni, peut devenir l'exemple même de la convertie et l'arrière grand-mère du roi David et du Messie.

"Pour quelle raison - demande le Midrash Rabba de Ruth (commentaire rabbinique sur le livre de Ruth) - le livre de Ruth fut-il écrit ? Pour nous enseigner combien grand est le mérite de ceux qui agissent avec hésed bienveillance" (RuthR2,14).PENTECOTE2

La même semaine, cette année, mieux même le même jour, les chrétiens célèbrent la fête de la Pentecôte (un des autres noms de Chavouot, d'ailleurs). Pentecôte, d'un mot grec signifiant "cinquante", cinquante jours après Pâques. Cette année c'est le dimanche 24 mai. Fête qui commémore le don de l'Esprit aux Apôtres (Actes 2, 2-3...) et le début de l'Eglise, selon la promesse de Jésus : "Vous allez recevoir une force, celle du Saint-Esprit, qui viendra sur vous. Alors vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie et jusqu'aux extrémités de la terre" (Actes 1,8).

Pour en savoir plus :

Chavouot : site de l'AJCF 

Pentecôte chrétienne : site de l'Eglise de Francechavouot

Vous pouvez aussi écouter une présentation de Chavouot et de la fête de Pentecôte par Meir SIBONI, de la communauté juive de Nantes, et Pierre JOUNEAU, bibliste, sur  le site de la radio FIDELITE (Nantes 103.8, Pornic 92,5 Chateaubriant 97,2) que vous pouvez entendre directement ici.

 

      Hag Chavouot saméah -

Joyeuses fêtes de Pentecôte  !

Repost 0
30 avril 2013 2 30 /04 /avril /2013 18:22

Le site de l'AJCF nous invite à regarder de plus près les jours qui vont de Pessah à Chavouot. lag baomer (1)

"La période entre les deux grandes fêtes juives du printemps, Pessah et Chavouot, s'appelle l'Omer, elle commence le deuxième jour de Pessah, donc le soir du second Seder en Diaspora (le lendemain du Seder en Israël puisqu'il n'y en a qu'un). Pendant cette période, chaque soir on fait "le compte de l'Omer".

Après une période de deuil, le 33° jour est un jour de joie : Lag Ba'Omer, le 18 Iyar.

En 2013, Lag Ba'Omer a lieu le dimanche 28 avril."

Omer - Lag Ba'Omer : des mots qui ne vous disent peut-être pas grand chose ! Pour en savoir plus, rien ne vaut un petit passage sur le site de l'AJCF, où vous ne manquerez pas de lire, entre autres, l'article de Michel Remaud : L'Omer, temps pascal et temps de deuil. - et les différents renvois à Omer et Lag Ba'Omer.

 

Repost 0
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 16:58

          LPâque Juive (Pessah ou Pesah ou Pesach en Hébreu) commémore la libération du peuple juif de l'esclavage qu'il subissait en Égypte, tel qu'il est relaté dans le livre de l'Exode. Sous la protection divine et la direction de Moïse, les Juifs sont passés de l'humiliation de servir Pharaon à la gloire de servir Dieu.

PessahEn même temps qu'il est fait mémoire de l'exode d'Égypte chaque année, les membres de la communauté juive célébrent leur propre quête de liberté en tant qu'individus et en tant que peuple, et renouvellent leur foi que la liberté et la paix peuvent vraiment se réaliser.

La Pâque juive est une fête de contrastes. C'est du pain azyme qui est mangé par les   juifs, matsa ou «pain de misère» accoudés à la table comme des rois. C'est l'occasion de goûter simultanément l'amertume de l'esclavage et la douceur de la liberté. L'amer et le sucré sont consommés dans le même repas, symbolisant ainsi le paradoxe de la vraie liberté qui ne peut être atteinte que par la lutte et le défi.

A propos du pain azyme (sans levain), les Maîtres du Judaïsme précisent qu'il faut se débarrasser à la fois  du levain qui est dans la maison et du levain qui est dans nos coeurs, comme le souligne aussi l'apôtre Paul : "Célébrons donc la fête, non pas avec du vieux levain, ni du levain de méchanceté et de perversité, mais avec des pains sans levain, dans la pureté et la vérité" (1 Corinthiens 5,8).

Au cours des deux seder (repas rituel) de la Pâque Juive, les Juifs racontent et réactualisent la sortie des Hébreux d'Égypte, le passage de l'état d'esclavage à celui de liberté.

Par des récits et des chants, dans un rituel faisant appel aux cinq sens, chaque Juif doit se sentir comme s'il était lui-même sorti d'Égypte.

Comme le dit le Talmud, "Dans chaque génération, chaque individu doit se considérer comme étant lui-même sorti d'Egypte". (Pessa'him 116b). Eucharistie

Les chrétiens, vous le savez, sont greffés sur la racine juive, et les rites chrétiens prennent tout leur sens dans le prolongement de l'Alliance. C'est ainsi que la fête chrétienne de Pâques est la fête de la résurrection du Christ, libération de l'esclavage du péché et de la mort. Le repas pascal juif et la Cène chrétienne, pain et vin, sont les signes qui actualisent, qui rendent présents les actes libérateurs de Dieu.

Et cette année , une fois de plus, la fête de Péssah et la Pâque chrétienne, malgré des calendriers différents, se célèbrent pratiquement aux mêmes dates. 

Fête de Pessah : du 25 mars au soir (seder du 1er soir) au 2 avril

Fête de Pâques : semaine sainte du lundi 25 au samedi 30 mars

               dimanche de Pâques : 31 mars

Hag Sameah 

(Hag Pessah Saméah)

paques01

 


Repost 0
26 janvier 2013 6 26 /01 /janvier /2013 15:24

La Communauté juive célèbre en ce jour de Shabbat 5573 la fête de Tou Bichvat.amandier-fleurs

Mais qu'est-ce donc que cette fête ?

  Tou Bichvat - La fête

Tou Bichvat qui veut simplement dire « le 15ème jour du mois de Chevat » est une fête qui ne figure pas dans la Bible.Elle a lieu au début de notre année civile car, en Israël, cette période correspond à la fin de la saison des pluies.
 
C’est « le Nouvel An des Arbres ». « Il y a quatre dates de Nouvel An . Le 1er Nissan , c’est le nouvel An des rois et des fêtes de pèlerinage. Le 1er Elloul Nouvel An pour la dîme du bétail…Le 1er Tishri , le Nouvel An pour ..les récoltes et les légumes…Le 15 Chevat , le Nouvel An des Arbres. »
 
Apparemment mineure cette fête, dont le sens et les pratiques ont changé avec les époques, recèle une signification profonde et extrêmement moderne (l'homme à qui la création est confiée et qui en est responsable).

Elle est célébrée par des prières, des chants et un repas traditionnel (séder).

Nous vous recommandons la lecture, sur le site de l'AJCF,  de l'article de Gilles Bernheim, grand Rabbin de France, sur le sens profond de cette fête.

Gilles Bernheim rappelle le verset de Qohélet (L'Ecclésiaste) 7, 13 : "Regarde l'oeuvre de D.ieu : qui peut réparer ce que l'homme a dégradé ?".
Et le commentaire du Midrash sur ce verset : D.ieu s'adressant à Adam, dans le jardin d'Eden : " Vois mes oeuvres, comme elles sont belles et dignes d'éloges. Tout ce que j'ai créé c'est pour toi que je l'ai créé. Sois attentif à ne pas dégrader ni détruire mon monde.; car si tu le corromps, personne ne pourra le réparer".

Mais c'est tout l'article qui mérite d'être lu.

Repost 0
4 décembre 2012 2 04 /12 /décembre /2012 15:44

La fête de 'Hanouka, fête des Lumières dans la communauté juive

est célébrée cette année du 8 au 16 décembre 2012.

La fête de 'Hanouka ne figure pas dans la Torah. Elle a été instituée par les rabbins pour marquer l'inauguration du Temple (la Dédicace) après sa profanation par les Grecs qui avaient tout détruit. Cette fête marque l'importante victoire militaire des Maccabées contre leurs ennemis. Elle symbolise aussi la résistance spirituelle du Judaïsme à l'hellénisation forcée.

Mais, 'Hanouka est aussi connue pour le miracle de la fiole d'huile qui permit aux prêtres du Temple de faire brûler  pendant huit jours une quantité d'huile qui ne devait même pas suffire pour un jour (fête des Lumières).Hanukkah Menorah lit 

 Petite présentation

Nous sommes au deuxième siècle avant notre ère. La Judée, qui avait été conquise par Alexandre le Grand, est aux mains des Séleucides. Sa position stratégique au carrefour de l’Asie et de l’Afrique fait d’elle un enjeu vital dans la lutte entre les Ptolémées d’Egypte et les Séleucides gréco-syriens. Par ailleurs, la population subit l’influence grandissante de la culture hellénistique qui fait de nombreuses émules au sein de la jeunesse.

La menace de destruction physique et culturelle est donc contenue à grand'peine par les tenants de la tradition hébraïque. C’est à cette époque que le roi Antiochus IV Epiphane décide l’acculturation forcée des juifs. Il interdit l’étude de la Torah, la pratique de la circoncision, le respect du Chabbat. Par ailleurs, tout est mis en œuvre pour helléniser la population. Nombreux sont ceux qui prennent des noms grecs ou se marient avec des non-juives. Cette tendance se retrouve aussi parmi le clergé où des prêtres se font les complices de l’occupant pour piller le trésor du Temple.

C’est de Modine, un petit village de Judée, que le Grand-Prêtre Mattatias va lancer la révolte. Suivi par ses cinq fils dont Judah, qui sera un temps le chef militaire, la rébellion va se propager à travers toute la Judée. Les Syriens envoient des armées de plus en plus nombreuses et puissantes, mais ils sont à chaque fois défaits par les Maccabées (surnom de Judas fils de Mattatias, appliqué aussi aux chefs de la révolte puis aux 7 frères martyrs, dont parle le 2° livre des Maccabées), qui gagnent de plus en plus de terrain.

En l’an 164 avant JC, ceux-ci pénètrent finalement dans Jérusalem. Ils trouvent le Temple souillé, saccagé et pillé. Ne perdant pas de temps, ils le nettoient et le restaurent. Ils fabriquent un nouveau Candélabre, et le 25 du mois de Kislev, ils inaugurent le Temple réhabilité. (Le mot 'Hanouka vient de la racine HNK qui signifie dédier, ou consacrer).Mais lorsqu’ils veulent allumer la Menora (chandelier à7 branches du Temple), ils ne trouvent qu’une petite fiole d’huile d’olive pure portant le sceau du Grand-Prêtre. Elle est tout juste suffisante pour brûler un jour, alors qu’il en faut huit pour fabriquer une huile pure, conforme. Et là, Ô miracle, la Menora brûle huit jours, sans s’éteindre.Lampe-Hanouca-Topor

Ce miracle est célébré et remis à l’honneur tous les ans par le peuple juif à ‘Hanouka, une fête rabbinique non-chômée qui dure huit jours, pendant lesquelles, à la tombée de la nuit, chaque famille allume une bougie sur le chandelier ('hanoukia) à 8 branches (plus une supplémentaire qui sert à allumer les autres bougies), après avoir dit la bénédiction. Puis on met la lumière à la fenêtre ou à l'entrée de la maison. On récite des prières de louanges et de remerciements. On allume chaque jour une nouvelle bougie, car "en augmentant les lumières, on augmente la sanctification" (Dr A.C. Merzbach)  C'est pourquoi on appelle aussi cette fête, fête des lumières.

D’autres coutumes sont également liées à cette fête : jouer à la toupie (où sont gravées certaines lettres hébraïques), donner de l’argent aux enfants (‘Hanouka Guelt en Yddish) et manger des aliments frits dans l’huile comme des beignets ou les latkès (beignets de pomme de terre).

La fête est célébrée peu avant Noël (ce qui ne manque pas de susciter des comparaisons, notamment à cause des Lumières que l'on allume et qui, pour des chrétiens, rappellent la lumière de Dieu qui vient luire dans notre monde, Jésus).

Le "Dictionnaire encyclopédique du Judaïsme" précise : "Dans beaucoup de pays de la Diaspora, 'Hanouka revêt aujourd'hui une importance qu'elle n'avait pas dans les siècles passés : elle est devenue un substitut de la fête de Noël pour des enfants vivant dans un environnement chrétien." Mais les cadeaux n'ont aucune signification particulière à 'Hanouka. La raison pour laquelle on offre des cadeaux à 'Hanouka est que cette fête tombe à peu près à la même période que Noël. La fête juive a été culturellement " écrasée " par l'obsession des gens pour les cadeaux de Noël.

Le chant le plus populaire de la fête de 'Hanouka est sans doute : "Maoz Tsour" (Rocher puissant). Ce poème liturgique aurait été écrit au milieu du 13° siècle, au temps des Croisades. Il chante la confiance que l'homme d'Israël doit établir en Dieu à l'heure de l'épreuve. C'est un témoignage des souffrances d'Israël au milieu des nations et une hymne à l'espérance du salut qui approche. 

Forteresse, rocher de mon salut, il est bon de te louer.

Restaure la maison de ma prière et là

nous sacrifierons le sacrifice d'action de grâce.

A l'époque où Tu prépares l'écrasement du persécuteur en ses gémissements

Alors j'achèverai par un chant vigoureux de louange l'inauguration de l'autel.

 


L'Evangile de Jean fait une allusion à la fête de 'Hanouka : "On célébrait alors à Jérusalem la fête de la Dédicace. C'était l'hiver." (Jn 10,22). C'est bien la fête de 'Hanouka qui est ainsi désignée, et Jean, qui se réfère beaucoup au cycle liturgique juif et qui nous avait situés, deux chapitres plus tôt (7,37), au dernier jour de la fête de Souccot (fête des Cabanes, ou des Tentes) rappelant la précarité de la vie au désert, nous achemine peu à peu vers la fête de Pésah' (la Pâque) où le récit évangélique trouve son point culminant.

Cette année, la première bougie de 'Hanouka va s'allumer

samedi soir, le 8 décembre 2012 (veille de la fête).

hanouka1 

Parler de 'Hanouka, c'est aussi l'occasion de signaler que vient de paraître un ouvrage de Mireille Hadas-Lebel, vice-présidente de l'Amitié Judéo-Chrétienne de France, sur "La Révolte des Maccabées (167-142 avant JC)". Vous en trouverez une présentation sur le site de l'Amitié Judéo-Chrétienne de France à l'adresse suivante : http://www.ajcf.fr/spip.php?article1514

Repost 0
6 octobre 2012 6 06 /10 /octobre /2012 18:33

Fin du cycle de lecture de la Tora et début du nouveau cycle : c'est la fête de la Tora, ou plus exactement de "la joie de la Tora".

Elle a lieu le 23 Tichri, en conclusion de la fête de Souccot,

cette année mardi 9 octobre 2012 (début lundi soir).

 Simhat Tora n’est pas d’origine biblique. Cette fête ne vient pas non plus du Talmud. Elle est liée, en fait,  au cycle des lectures de la Tora. Elle est apparue vraisemblablement au IXème siècle. Simhat Tora clôture le cycle annuel de lecture de la Tora. Au cours de cette fête on remercie Dieu pour le don de la Tora, au moment où recommence le nouveau cycle annuel de lecture..

Sim'hat Tora se caractérise par un office en soirée et le lendemain matin

particulièrement joyeux.

Après avoir enchaîné la lecture des derniers versets du Deutéronome (dernier livre de la Tora) et les premiers de la Genèse ("Au commencement..."), tous les rouleaux de la Tora sont sortis de l'arche sainte et portés par les fidèles, grands et petits, qui tournent sept fois autour de l'estrade de lecture (la bima), chantant et dansant en joyeuse procession. En Israël, ces processions débordent souvent dans les rues.

 

Pour avoir une petite idée de la joie immense de cette fête :

Repost 0
28 septembre 2012 5 28 /09 /septembre /2012 18:00

Souccot, ce sont les cabanes. La fête est aussi appelée fête des tentes, ou fête des tabernacles.

C'est l’une des fêtes les plus joyeuses de la tradition juive.

La fête de Souccot débute le 15 du mois juif de Tishri (octobre) et dure sept jours, dont les deux premiers sont chômés. Elle est immédiatement suivie par la fête de Chemini Atseret et celle de Simhat Tora (fête de la joie de la Tora).

Cette année Souccot débute le lundi 1er octobre (en fait la veille, dimanche soir) et se termine par Chemini Atseret le lundi 8. Suit immédiatement Simhat Tora le mardi 9.

"Quant à la fête des Tentes, tu la célébreras pendant 7 jjours lorsque tu auras rentré tout ce qui vient de ton aire et de ton pressoir. Tu seras dans la joie de ta fête avec ton fils, ta fille, ton serviteur, ta servante, le lévite, l'émigré, l'orphelin et la veuve qui sont dans tes villes.

Sept jours durant, tu feras un pélerinage pour le Seigneur ton Dieu au lieu que le Seigneur aura choisi, car le Seignrur ton Dieu t'aura béni dans tous les produits de ton sol et dans toutes tes actions; et tu ne seras que joie."  (Deutéronome 16, 13-15)

Souccot rappelle la précarité des conditions de vie des Hébreux .dans le désert durant l'Exode, et la protection divine dont ils ont bénéficié. 

C'est pourquoi chaque famille ou au moins chaque communauté construit une cabane où l'on peut vivre, ou au moins prendre ses repas durant les jours que dure la fête.

La partie la plus importante de la Soucca est le toit : à claire-voie, pour laisser entrevoir le ciel, il laisse passer la lumière (... et la pluie !). Deux murs pleins et le début d'un troisième seulement sont obligatoires pour soutenir cette fragile charpente.

Soucca

Il est d'uage de décorer la cabane de guirlandes, de fruits, de dessins d'enfants, car on y "reçoit" chaque jour, symboliquement, en "invité d'honneur", un des personnages bibliques que la tradition associe à la fête.

(Eléments tirés du "Lexique pour le dialogue" d'Anne-Marie Dreyfus)

Vous voudriez certainement en savoir davantage sur Souccot. Alors n'hésitez pas à consulter le site de l'Amitié judéo-chrétienne de France  qui vous expliquera en détail certains rites particuliers à cette fête et vous renverra à un texte lumineux du rabbin Philippe Haddad et au site de la communauté Massorti.

En plus de quelques textes prescrits pour la fête, c'est le livre de Qohélet qui est lu à Souccot, et c'est également ce livre, un peu énigmatique que nous aurons le bonheur d'étudier à Nantes les dimanches 24 mars et 21 avril 2013.

Hag Souccot saméah

Joyeuses fêtes de Souccot à tous nos amis

 

Repost 0
21 septembre 2012 5 21 /09 /septembre /2012 18:17

 

 

"Et ceci sera pour vous une loi perpétuelle :au septième mois,

le dixième jour du mois, vous mortifierez vos personnes

et ne ferez aucun ouvrage, ni l'habitant

ni l'étranger quiséjourne au milieu de vous.

Car en ce jour, il sera fait expiation sur vous afin de vous purifier

vous serez purs de tous vos péchés devant l'Eternel.

C'est pour vous un shabbat, un shabbat solennel,

où vous devez mortifier vos personnes : loi perpétuelle."

Lévitique 16, 29-32

Kippour 3

C'est ainsi que la Torah parle du jour de Kippour

que nous appelons aujourd'hui le Jour du Grand Pardon.

Elle qualifie également le jour de Kippour de "Shabbat Shabbaton"

que l'on traduit par Shabbat des Shabbat c'est-à dire le Shabbat de l'année.

Sa date est fixée le 10 du mois de Tichri, dix jours après Rosh Hachana,

dix jours au cours desquels,

tous les membres de la Communauté juive du monde entier

vont faire leur examen de conscience, demander pardon à Dieu

pour leurs manquements mais aussi demander pardon

à leurs frères  pour les injustices commises.

Cette journée interpelle l'homme dans toute son humanité

et ses fautes ne sont pardonnées que s'il fait Techouva (s'il se repent)

C'est un jour de jeûne et d'abstinence au cours des 25 heures

qui précèdent l'office de Kippour

Au cours des prières on lit le livre de Jonas

pour se rappeler que Dieu est un Dieu miséricordieux

qui pardonne tout homme qui se repent sincèrement

tels les habitants de Ninive qui se sont repentis de leur fautes

Cette lecture  interpelle tous les hommes

quelle que soit leur religion ou leur culture

Jonas1


Repost 0
15 septembre 2012 6 15 /09 /septembre /2012 08:20

Le Seigneur adressa la parole à Moïse :

"Parle aux fils d'Israël : Le septième mois, le premier du mois,

c'est pour vous un jour de repos, un Jour de souvenir

et d'acclamation, avec réunion sacrée"

Lev 23,23-24

roch-hachanah-1.jpg

La fête de Roch Hachana (Tête de l'année)

se célèbre le premier jour du premier mois (mois de Tichri) de l'année juive

Cette année, la Communauté juive entre dans l'année 5773

 

A Roch Hachana

on commémore le Jour de la Création du monde

C'est l'universalisme du salut qui est mis en relief

Mais Roch Hachana est aussi

le Jour du Jugement de Dieu (Yom Hadin)

à l'égard de tous les hommes 

 

Chofar

Le shofar (corne de bélier) retentit au cours des prières de Roch Hachana

Il proclame la souveraineté de Dieu

Il avertit de faire pénitence car il évoque le Grand Jour du Jugement de Dieu

au cours duquel les justes seront inscrits dans le Grand Livre de la Vie

Tandis que les pêcheurs pourront se repentir en espérant être pardonnés

Enfin, Roch Hachana est également le Jour du Souvenir (Yom Ha Zikkaron)

au cours duquel l'homme se souvient des merveilles de Dieu à son égard 

Mais souvenir aussi de Dieu à l'égard de son peuple et de l'amour qu'il lui porte

 

Toute la Communauté juive se recueille et se réjouit aussi

au cours des deux jours que dure la fête

La couleur blanche est à l'honneur, le repas est un repas de fête au cours duquel 

on trempe un morceau de pomme dans du miel en disant 

"Que ce soit ta volonté notre Dieu et Dieu de nos pères,

de renouveler en notre faveur une année de bienfaits et de douceur"

Kippour-bhv-3.jpg

 

 

Chana Tova à tous nos amis !!!!

 


Repost 0
25 mai 2012 5 25 /05 /mai /2012 17:51

La communauté juive et la communauté chrétienne célèbrent en même temps

ce dimanche 27 juin

la fête juive de Chavouot (fête  des semaines)

(la célébration commence samedi soir 26)

et la fête chrétienne de la Pentecôte.

Chavouot est l'une des cinq fêtes prescrites par la Tora. La Tora  enseigne  que Chavouot se célèbre 49 jours après Pessah afin de marquer le moment du don de la Tora sur le mont Sinaï. Ainsi, comme l'enseigne la tradition, sept semaines après la sortie d'Egypte et l'invention de la liberté, Dieu se révéla à son peuple sur le mont Sinaï pour lui donner la Loi. Aux yeux et aux oreilles de tous, les Dix Commandements (les Dix Paroles) furent annoncés et l'alliance entre Dieu et les enfants d'Israël scellée.chavouot1 

C'est aussi la "fête des moissons", où l'on apportait au Temple de Jérusalem les prémices de sa récolte, ce qui explique en partie la lecture de la megillah de Ruth pendant les offices de Chavouot. Ruth se passe en effet pendant la moisson des orges et des blés. Mais, plus important sans doute, si on lit Ruth à Chavouot, c'est peut-être parce que le livre de Ruth nous invite à une relecture de la Tora moins étroite, plus ouverte : Ruth nous pousse à redécouvrir que l'essence même de la Tora, c'est l'amour (hésed), la bonté, la fidélité, la bienveillance. Parce que la hésed,  c'est un mouvement d'amour et de compassion qui va bien au-delà de tout ce qui peut être attendu. Sans  hésed, tout est bloqué dans le livre de Ruth,. Avec la hésed, tout devient possible ; et l'étrangère fille d'un peuple honni peut devenir l'exemple même de la convertie et l'arrière grand-mère du roi David et du Messie.

"Pour quelle raison - demande le midrash Rabba de Ruth - le livre de Ruth fut-il écrit ? Pour nous enseigner combien grand est le mérite de ceux qui agissent avec hésed bienveillance" (RuthR 2,14).

PentecôteAu même moment cette année, les chrétiens célèbrent la fête de la Pentecôte (un des autres noms de Chavouot d'ailleurs). Pentecôte : d'un mot grec signifiant "cinquante, cinquante jours après Pâques. Cette année, ce sera donc aussi le dimanche 27 mai. Fête qui commémore le don de l'Esprit Saint aux apôtres (Actes 2,2-3...) et le début de l'Eglise, selon la promesse de Jésus : "Vous allez recevoir une force, celle du St Esprit qui viendra sur vous. Alors vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie et jusqu'aux extrémités de la terre" (Actes 1,8).

 Pour en savoir plus :

Chavouot : site de l'AJCF

Pentecôte chrétienne : site de l'Eglise de France

                                       site du Cybercuré

Ruth, un manifeste pour la femme aujourd'hui, par le Grand Rabbin Gilles Bernheim

Entretien sur le livre de Ruth entre Maddy Verdon et Pierre Jouneau, bibliste, sur la radio Fidélité de Nantes le 20 janvier 2011.

Hag Chavouot saméah - Joyeuses fêtes de Pentecôte

Repost 0

Présentation

  • : Amitié Judéo Chrétienne de NANTES
  • Amitié Judéo Chrétienne de NANTES
  • : Association faisant partie de l'Amitié judéo-chrétienne de FRANCE
  • Contact

Recherche